BFMTV

Double meurtre à Valence: des "liens avérés" avec un autre homicide en Alsace

Des policiers et des membres des services de secours devant une agence Pôle Emploi de Valence où une conseillère a été tuée, le 28 janvier 2021

Des policiers et des membres des services de secours devant une agence Pôle Emploi de Valence où une conseillère a été tuée, le 28 janvier 2021 - PHILIPPE DESMAZES © 2019 AFP

Les enquêteurs ont établi qu'il existait des liens entre les meurtres d'une conseillère Pôle emploi et d'une DRH jeudi et un autre homicide commis mardi en Alsace.

Les enquêteurs ont établi qu'il existait des "liens avérés" entre les deux meurtres qui ont été commis ce jeudi à Valence et en Ardèche et un homicide et une tentative d'homicide commis en début de semaine en Alsace, a appris BFMTV de source proche de l'enquête.

Selon nos informations, un ADN commun a été retrouvé sur une autre scène de crime, une tentative d'assassinat survenue mardi à Wattwiller, dans le Haut-Rhin. Ce soir-là, un individu s'est présenté au domicile d'un homme, qui travaille dans les ressources humaines. Il sonne, l'homme ouvre et l'agresseur tire. Miraculeusement, la victime s'en sort indemne.

Le tireur présumé licencié de deux entreprises visées

L'agresseur prend alors la fuite, l'homme, qui a reconnu celui qui vient de lui tirer dessus car ils ont travaillé ensemble il y a quelques années, le poursuit et réussi à lui arracher son masque. Sur ce masque, les enquêteurs ont pu récupérer une ADN qui appartient à l'homme suspecté d'avoir tué une conseillère Pôle emploi à Valence et une DRH dans la commune voisine de Guilherand-Granges.

Les enquêteurs se basent également sur d'autres éléments pour rapprocher les différents faits. L'arme utilisée dans le Haut-Rhin et à Valence est du même calibre, à savoir un 9 mm. C'est également le calibre utilisé pour tuer une femme, qui travaillait elle-aussi dans le domaine des ressources humaines. Son corps a été découvert, criblé de balles, mardi dans son véhicule, stationné sur le parking d'une entreprise.

Enfin, Gabriel Fortin, le tireur présumé, a été licencié de l'entreprise où travaillait les deux victimes du Haut-Rhin mais aussi de l'entreprise où travaillait la DRH tuée jeudi en Ardèche.

Sarah-Lou Cohen