BFMTV

Distilbène: le laboratoire UCB Pharma condamné à indemniser Sylvie Le Cossec

La plaignante avait attaqué le laboratoire UCB Pharma, qui commercialisait le Distilbène jusqu'en 1977.

La plaignante avait attaqué le laboratoire UCB Pharma, qui commercialisait le Distilbène jusqu'en 1977. - -

La justice a donné raison à la mère de famille, victime d’une ablation de l'utérus et de deux grossesses pathologiques, qui recevra plus de 80.000 euros. En outre, sa demande de contre-expertise sur le cas de son fils, polyhandicapé, a été acceptée.

La justice a condamné jeudi le laboratoire UCB Pharma, qui a commercialisé le Distilbène, à verser à Sylvie Le Cossec, 45 ans, des indemnités de 81.910 euros, rapporte L’Express.fr.

Sylvie Le Cossec, dont la mère a reçu pendant sa grossesse du Distilbène, médicament interdit depuis 1977 aux femmes enceintes, a subi une ablation de l'utérus et deux grossesses pathologiques. Son propre fils Julien, polyhandicapé, souffre de graves lésions neurologiques et du système moteur.

En outre, la justice a donné son feu vert à une contre-expertise sur le cas de Julien, dont "les présomptions de causalité sont fortes, mais plus difficiles à établir" selon l’avocate de la plaignante, Me Martine Verdier.

160.000 enfants exposés selon une association

Le Distilbène est le nom commercial d'une hormone de synthèse prescrite en France entre 1950 et 1977 aux femmes enceintes pour prévenir les fausses couches, les risques de prématurité et traiter les hémorragies de la grossesse.

Selon le réseau DES France, qui soutient les victimes de ce médicament, au moins 160.000 enfants nés pour la plupart dans les années 1970 auraient été exposés au produit.

C'est entre 1964 et 1975 qu'il a été le plus prescrit.