BFMTV

Disparus du Fort de Tamié: l'homme qui apparaît sur la vidéo n'est pas Nordahl Lelandais

Nordhal Lelandais est soupçonné d'avoir joué un rôle dans la disparition de deux hommes entre 2011 et 2012 en Savoie

Nordhal Lelandais est soupçonné d'avoir joué un rôle dans la disparition de deux hommes entre 2011 et 2012 en Savoie - Capture d'écran / BFMTV

En plus de sa mise en examen pour les assassinats de Maëlys et du caporal Arthur Noyer, Nordahl Lelandais est soupçonné d'avoir un lien avec la disparition de deux hommes lors d'un festival électro en Savoie, en 2011 et 2012. Mais les analyses d'une vidéo amateur ont révélé qu'il n'était pas l'homme mystère apparaissant sur la bande.

Nordahl Lelandais a-t-il joué un rôle dans la disparition de Jean-Christophe Morin, âgé de 22 ans, et d'Ahmed Hamadou, 45 ans, lors d'un même festival électro au Fort de Tamié (Savoie) en 2011 et 2012? C'est la question que tentent d'élucider les enquêteurs. Nordahl Lelandais, qui habitait dans les environs au moment des faits, et appréciait les soirées festives, apparaît comme le suspect numéro 1 pour les familles des disparus, qui ont déposé une plainte contre lui pour "enlèvement et séquestration" en mars.

Toujours suspecté d'avoir été sur les lieux

Une vidéo publiée en juin dernier renforçait les suspicions. Sur celle-ci, datant de 2012, apparaît un homme aux traits physiques similaires à ceux de Nordahl Lelandais. A savoir des cheveux ras, un sweat à capuche bleue, ou encore une chevalière. Mais comme le rapporte ce dimanche le JDD, les analyses de cette vidéo révèlent que l'inconnu n'est pas Nordahl Lelandais.

L'homme sur la bande présente un tatouage près du cou: or le maître-chien n'en a jamais eu à cet endroit. Analysées à deux reprises par la cellule Ariane, mise en place par la gendarmerie pour détecter d'éventuels liens entre Nordahl Lelandais et des affaires encore non résolues, les images ne sont donc pas celles du tueur de Maëlys. Mais les enquêteurs n'écartent toujours pas une possible présence de Lelandais au festival de Tamié au moment des disparitions, précise le JDD.

Céline Penicaud