BFMTV

Disparition de Fiona: la mère examinée par un psychologue

A droite, la mère de Fiona, Céline Bourgeon, s'entretenant avec le procureur de la République, Pierre Sennès, le 17 mai

A droite, la mère de Fiona, Céline Bourgeon, s'entretenant avec le procureur de la République, Pierre Sennès, le 17 mai - -

Le mystère autour de la disparition de la petite Fiona, survenue le 12 mai, reste entier. Dernier élément en date, concernant l'enquête: une expertise psychologique pratiquée sur la mère de la fillette.

Dix-huit jours que Fiona, 5 ans, s'est volatilisée dans un parc à Clermont-Ferrand. Alors que plusieurs pistes sont toujours à l'étude, les enquêteurs s'évertuent à reconstituer l'emploi du temps exact des parents, le week-end où la fillette a disparu. Une expertise psychologique a même été pratiquée sur la mère mardi. Le point sur ce que l'on sait.

"Évaluer le préjudice" chez la mère

Cécile Bourgeon, la mère de Fiona, a subi mardi un examen psychologique, à la demande des juges d'instruction. Depuis aucune information n'a filtré sur les résulats de l'entretien. Que doit-on comprendre par cette convocation? Selon une source proche du dossier et citée par le quotidien La Montagne, il s'agit d'une pratique "courante dans ce type d'affaires".

Le procureur de la République, Pierre Sennès, relativise également, expliquant que l'expertise psychologique consiste à "évaluer le retentissement psychologique de l’affaire, et le préjudice qui en découle". Il précise que pour le moment "il n’y a aucune raison de remettre en cause" la parole de la mère de Fiona.

Un emploi du temps confus

Une parole pourtant parfois confuse et imprécise. Selon le quotidien auvergnat, les enquêteurs éprouveraient des difficultés à reconstituer l'emploi du temps de Cécile Bourgeon et de son compagnon Berkane Makhlouf, le week-end où Fiona a disparu. Si "les dispositions psychologiques provoquées par la disparition ne favorisent pas les souvenirs précis", comme le souligne le procureur, le déroulement exact de ces deux journées reste pour le moment difficilile à établir.

Par ailleurs, des voisins assurent avoir aperçu Fiona pour la dernière fois le vendredi 10 mai, soit deux jours avant sa disparition. De même que personne n'a confirmé, comme le relève La Montagne, "sa présence effective au marché des Salins le dimanche en fin de matinée", quelques heures avant la balade familiale au parc.

Plusieurs pistes à l'étude

A ce jour, un seul témoin affirme avoir vu une fillette ressemblant à Fiona dans le parc le jour de sa disparition. Il a été à nouveau entendu par les magistrats instructeurs, tout comme le compagnon de Cécile Bourgeon.

Evoquée également, la piste d'un ancien ami de la mère de Fiona contre lequel elle avait porté plainte pour "viol et séquestration" ne semble pas être non plus privilégiée. "C'est une hypothèse parmi d'autres, ni plus ni moins", avait indiqué le 24 mai, l'avocat de la mère à BFMTV.com.

Par ailleurs, une vingtaine de délinquants sexuels domiciliés près du parc Montjuzet ont été interrogés, ainsi que "des marginaux ou des personnes au comportement suspect". Même si "la piste est toujours explorée", comme le rappelle le procureur, celle de l'enlèvement, reste "la plus probable" pour l'avocat de la mère de la petite Fiona.


À LIRE AUSSI :

>> Disparition de Fiona: 12 jours après, où en est l'enquête?

>> Disparition de Fiona : la mère lance un "appel au secours"

>> Disparition de Fiona : les réseaux sociaux se mobilisent

Mélanie Godey