BFMTV

Disparition à Nantes: le rassemblement électronique était-il autorisé ?

Le quai Wilson, sur l'île de Nantes.

Le quai Wilson, sur l'île de Nantes. - Capture Googlemaps.

Un jeune de 24 ans a disparu dans la nuit de vendredi à samedi, lors d'une soirée en extérieur organisée pour la Fête de la musique sur les berges de la Loire. Un événement qui repose sur un accord "tacite" avec la mairie, d'après les organisateurs.

Un jeune de 24 ans a disparu dans la nuit de vendredi à samedi à Nantes lors d'une soirée en extérieur organisée à l'occasion de la Fête de la musique. La police y a fait une intervention musclée pour couper le son. L'événement, une free party, s'est déroulé sur une partie des quais de l'île de Nantes non protégée par des barrières. Pour autant, le rassemblement n'est pas illégal.

Spontanéité des animations

Le soir de sa disparition, Steve participait à une soirée électronique organisée par une dizaine d’associations:

"On se retrouve le 21 juin à partir de 14h au niveau du Quai Président Wilson pour fêter la musique comme il se doit avec une lineup de 13h!", précise la page de l'événement Facebook

Cette free party, comme la plupart des concerts organisés ce soir-là, n'a pas besoin d'être déclarée auprès des autorités. Lors de la Fête de la musique en région, les spectacles organisés reposent "sur la spontanéité des animations", rappelle le site du ministère de la Culture. En clair, à la différence de Paris: les concerts n'ont pas besoin d'être déclarés auprès de la mairie ou de la préfecture.

Un accord tacite ?

L'un des organisateurs précise à BFMTV.com que cela "fait des années que c'est la coutume de monter des scènes de musique le long de la Loire sur les quais Wilson, avec certaines éditions où la musique s'arrêtait à 11 heures le lendemain sans aucun incident à déplorer". Il ajoute que ce rassemblement était "autorisé tacitement par la mairie":

"L'an dernier, on avait voulu faire ça dans les règles avec une autorisation de la mairie, pour avoir un truc carré et une heure de fin. Mais on nous avait répondu que tant que nous n'occupions pas l'espace public (route ou trottoir), on n'avait pas besoin d'autorisation spéciale", précise-t-il.

La mairie estime donc que cette partie de Nantes n'appartient, de toute façon, pas à l'espace public. Pourtant la préfecture de Loire-Atlantique nous indique que le quai Wilson "appartient au Grand port maritime" et que "le parking situé le long du quai est sous autorisation d'occupation temporaire accordée à Nantes métropole."

Zone potentiellement dangereuse

N'importe qui peut donc faire un concert n'importe où? Pas vraiment. Sur son site, le ministère de la Culture ajoute que les concerts doivent respecter "les réglementations de sécurité publique". C'est justement sur ce dernier point que des questions se posent aujourd'hui. Le quai Wilson, à l'inverse des berges du nord de l'île de Nantes, n'est pas protégé par des barrières. Les participants, dont certains sont très alcoolisés, sont à proximité immédiate de la Loire.

L'association FreeFrom, qui rassemble des organisateurs de rassemblements festifs locaux, estime justement dans un communiqué que c'est une "zone potentiellement dangereuse". En mars dernier, un jeune homme a été secouru de justesse alors qu'il était tombé dans la Loire, sur l'île de Nantes, rapporte Presse-Océan

Ce mardi, les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver Steve. Ses proches ont confié au Monde que le jeune homme ne savait pas nager. 

Esther Paolini