BFMTV

Dieudonné assigné en justice par le théâtre de la Main d'Or

Dieudonné lors d’une conférence de presse le 4 juin 2009.

Dieudonné lors d’une conférence de presse le 4 juin 2009. - -

Les propriétaires du théâtre de la Main d'Or ont déposé plainte devant le tribunal de grande instance de Paris pour réclamer l'expulsion de Dieudonné.

Son propre théâtre l'assigne. Les propriétaires du théâtre de la Main d'Or, où Dieudonné donne ses spectacles, ont déposé plainte devant le tribunal de grande instance de Paris pour réclamer son expulsion, la société avec laquelle un bail d'exploitation avait été signé ayant été radiée, a-t-on appris samedi de sources concordantes.

L'audience est fixée au 11 mars à 16h45. Selon l'assignation, Bonnie Productions, qui produisait les spectacles de Dieudonné, a signé en 2010 un bail de 9 ans l'autorisant à exploiter le théâtre.

Mais cette société a été "radiée pour cessation d'activité le 19 septembre 2013", est-il écrit, et "elle n'exploite plus les lieux personnellement (...) ce qui constitue une infraction aux stipulations contractuelles".

Le résiliation du bail réclamée

Les propriétaires disent ignorer "qui exploite le théâtre, mais il semblerait bien que ce soit la société 'Les Productions de la plume'", une autre société de production possédée à parts égales par la mère et la compagne de Dieudonné, qui fait actuellement l'objet d'un contrôle fiscal.

Ils considèrent cette société comme "un occupant sans droit ni titre" et demandent son expulsion des lieux. Ils réclament parallèlement la résiliation du bail passé avec Bonnie Productions.

Les propriétaires considèrent en outre que le théâtre n'est pas assuré, "une situation particulièrement inquiétante au regard d'un établissement recevant du public". Selon eux, le contrat d'assurance souscrit par les Productions de la plume n'est pas valable car cette société n'a, là encore, "aucun titre" pour le faire.

L'avocat de Dieudonné, Me François Dangléhant, concède que "la société Bonnie Productions sous-loue ce théâtre" aux Productions de la plume. Mais il estime que "cette sous-location n'est nullement fautive", car elle constitue "l'objet même" du bail conclu avec les propriétaires.

"On ne partage pas les convictions qui sont les siennes"

Selon lui, "on a intrigué pour obtenir irrégulièrement la radiation du registre du commerce et des sociétés de la société Bonnie Productions, en pensant ensuite se présenter devant le tribunal, en exposant que cette société étant radiée, la résiliation du bail serait obtenue automatiquement".

Mais "dans la mesure où (Bonnie Productions) a été radiée (...) aucune demande ne peut être formée en justice" contre elle, car "toute assignation sera automatiquement déclarée nulle", affirme-t-il. A l'inverse, comme cette société "n'a pas fait l'objet d'une liquidation", elle "dispose toujours de la personnalité morale", précise-t-il.

L'avocate des propriétaires du théâtre de la Main d'Or, Me Dominique Cohen-Trumer, a refusé de s'exprimer sur l'affaire. "Je souhaite que le tribunal tranche en toute sérénité", a-t-elle dit. "On ne partage pas les convictions qui sont les siennes", avait déclaré début janvier l'un des propriétaires du théâtre, à propos des spectacles du polémiste.

L. B. avec AFP