BFMTV

Deux morts en moins d'un mois dans la salle d'attente des urgences de Tours

Couloirs des urgences de l'hôpital Trousseau de Tours

Couloirs des urgences de l'hôpital Trousseau de Tours - GUILLAUME SOUVANT / AFP

Deux patientes âgées de plus de 90 ans ont trouvé la mort alors qu'elles attendaient sur leur brancard d'être prises en charge aux urgences de l'hôpital Trousseau de Tours.

"Les équipes sont meurtries, choquées, blessées par ces décès indignes." En moins de quinze jours d'intervalle, deux personnes âgées en fin de vie ont trouvé la mort alors qu'elles attendaient d'être prises en charge aux urgences de l'hôpital de Tours, rapporte France Bleu. Âgées de plus de 90 ans, et atteintes de pathologies graves, ces deux patientes ont respectivement passé plus de six et quatre heures sur leur brancard dans la salle d'attente bondée, les 11 avril et 3 mai derniers.

"Ecoutée au bout d'un quart d'heure après son admission", la première d'entre elles n'a pas été auscultée tout de suite car "il y avait des cas plus graves à gérer", a expliqué à la radio le professeur Pierre-François Dequin, responsable médical du Pôle Urgences du CHRU Trousseau, qui évoque "un phénomène exceptionnel".

"Le personnel a été choqué de ne pas pouvoir les accompagner dans leur décès", assure une soignante du service interrogée par France Bleu. "On alerte depuis des années sur la dégradation des conditions de travail aux Urgences qui sont saturées", déplore-t-elle.

Alors que trois organisations syndicales ont déposé un préavis de grève aux urgences de Tours le 24 mai, Pierre-François Dequin reconnaît "l'engorgement réel" des urgences. "La salle d'attente a été créée pour éviter aux patients des rester dans les couloirs, dans le bruit et les courants d'air, mais cela ne suffit pas", estime-t-il.

Mélanie Rostagnat