BFMTV

Deux ados sauvent une mère et sa fillette d'un incendie

-

- - -

Les deux jeunes sont parvenus à évacuer l'immeuble en flammes de la mère de famille, à Tarare, dans le Rhône. La gendarmerie salue leur spontanéité et leur courage. Eux témoignent.

Samir et Majid, 17 et 18 ans, rentraient à pied d'un concert vendredi soir lorsqu'ils ont vu qu'un immeuble était en feu. Selon la gendarmerie, ils ont alors appelé les secours tout en se dirigeant vers le bâtiment. Comprenant que les pompiers n'arriveraient sans doute pas à temps pour évacuer tout le monde, ils sont entrés dans l'immeuble et ont entrepris de frapper à toutes les portes pour prévenir les habitants du danger et les inciter à quitter les lieux.

« J’ai cru que je n’allais pas ressortir, je ne voyais plus rien »

« Ma première rédaction a été d’appeler les pompiers, raconte Majid, 18 ans. Je me suis dit : je ne vais pas rester sans rien faire. J’ai eu le temps de monter jusqu’à l’appartement, de sonner chez les gens. C’est la locataire dont l’appartement était en feu [une jeune femme de 27 ans], qui m’a ouvert. Elle m’a dit : ma petite fille [de 2 ans] dort dans sa chambre, il faut aller la chercher. Au début, j’ai eu un moment d’hésitation, parce que j’ai vu les flammes et la fumée, et je me suis dit : ça peut être dangereux. Mais bon… A un moment, j’ai eu super peur, pendant 30 secondes j’ai cru que je n’allais pas ressortir, je ne voyais plus rien. J’y suis allé quand même, je suis entré, j’ai récupéré la petite et j’ai sauvé trois personnes. »

La petite fille, légèrement incommodée, a été brièvement admise à l'hôpital ainsi que l'adolescent. La mère, elle, souffre de brûlures au dos et aux jambes.

« Une réaction inhabituelle, remarquable et courageuse »

Selon les pompiers, l'immeuble était quasi-intégralement évacué à leur arrivée. La gendarmerie a souligné la remarquable réactivité des deux garçons, qui ont fait montre d'une « réaction inhabituelle, remarquable et courageuse ». L'UMP a également salué leur geste qualifié « d'acte de bravoure », en estimant que les deux sauveteurs faisaient « honneur à toute notre nation ».

La Rédaction