BFMTV

Détecteurs de fumée: les fausses alertes se multiplient

Romain Pasqualotti, capitaine incendie secours du Calvados confirme la recrudescence des fausses alertes dans son département.

Romain Pasqualotti, capitaine incendie secours du Calvados confirme la recrudescence des fausses alertes dans son département. - BFMTV

Leur présence obligatoire dans tous les logements, loin de toujours aider les pompiers, est la cause de nombreuses fausses alertes. Des déplacements abusifs facturés aux particuliers chez qui a lieu l'intervention. La parade? Un entretien régulier de ces appareils.

Détecteurs de fumée, danger? Si leur utilité ne se discute pas, les dispositifs de sécurité devenus obligatoires dans tous les logements ne vont pas sans causer quelques problèmes. Au premier rang desquels les fausses alertes, qui se sont multipliées depuis mars 2015.

Selon nos informations, au moins quinze départements français sont touchés par cette recrudescence de "faux". Dans certaines casernes, deux ou trois interventions inutiles par jour sont à déplorer. Le Calvados a vu cet été quadrupler les fausses alertes par rapport à l'été dernier. Et le pire est à craindre pour cet automne, logiquement marqué qui marque le retour des feux de cheminée.

Des déplacements abusifs à la charge de l'occupant

Autre souci, cette fois pour le propriétaire ou l'occupant du logement, le déplacement abusif des pompiers reste à sa charge. Sans compter les possibles dégâts causés par les pompiers pour se frayer un accès à l'habitation. En effet, toutes les assurances ne remboursent pas les portes ou fenêtres fracturées.

Pour tenter d'enrayer le phénomène, qui entraîne une mobilisation vaine de leurs forces parfois au détriment d'interventions vraiment utiles, les pompiers lancent une campagne d'information. Pour minimiser les risques, ils conseillent ainsi de régulièrement dépoussiérer "tous les six mois" les détecteurs de fumée et de changer les piles. Cet entretien courant est à la charge de l'occupant des lieux. Pour un fonctionnement idéal, les dispositifs d'alerte doivent être placés "le plus haut possible dans un lieu de circulation ou dans le dégagement desservant les chambres et à distance des murs et des sources de vapeur". Autrement dit, pas dans la cuisine ou la salle de bain.

Quinze départements sont concernés par un boom des fausses alertes causées par des détecteurs de fumée.
Quinze départements sont concernés par un boom des fausses alertes causées par des détecteurs de fumée. © BFMTV
D. N. avec Julien Migaud-Muller, Maxime Devaux et Olivier Boulenc