BFMTV

Depardieu jugé en appel pour conduite en état d'ivresse

Gérard Depardieu est jugé pour conduite en état d'ivresse après une chute à scooter en novembre 2012 à Paris.

Gérard Depardieu est jugé pour conduite en état d'ivresse après une chute à scooter en novembre 2012 à Paris. - -

L'acteur ne s'était pas présenté à son premier procès, où il avait écopé de six mois de suspension de permis et 4.000 euros d'amende. Il avait fait appel.

Même Russe, Gérard Depardieu n'en a pas fini avec la justice française. L'acteur est appelé ce mardi à comparaître devant la cour d'appel de Paris pour conduite en état d'ivresse, après une chute de scooter dans le XVIIe arrondissement de Paris en novembre 2012.

Pour avoir été contrôlé avec une alcoolémie d'1,8 gramme par litre de sang alors que le taux maximal autorisé est de 0,5 gramme, il risque une peine théorique pouvant aller jusqu'à deux ans de prison.

En première instance, le tribunal correctionnel de Paris avait condamné le comédien à 4.000 euros d'amende - le maximum étant de 4.500 euros - et à six mois de suspension de permis.

"Forte odeur d'alcool"

Pour la procureure, qui avait requis la même peine, la responsabilité de l'acteur n'était "pas contestable": "une odeur d'alcool se dégage fortement" lorsque les policiers viennent l'interpeller après son accident. "Il s'énerve" et dit dans un premier temps qu'il ne veut pas être contrôlé car "il a bu", avait relaté la représentante du parquet.

Gérard Depardieu avait néanmoins fait appel de cette décision. Son avocat avait affirmé que les derniers verres de "champagne" de l'acteur avaient été consommés avant d'embarquer dans un avion qui le ramenait d'Ouzbékistan la veille de son interpellation.

Interrogation sur sa présence à l'audience

Son absence à l'audience, en raison d'un tournage en Tchétchénie, n'avait pas manqué d'être relevée dans la procédure. D'autant que l'examen de l'infraction reprochée à la star française avait déjà été reportée à trois reprises... notamment en raison de ses absences.

Son avocat, Me Eric Caumont, a néanmoins indiqué ne pas savoir si son client serait cette fois présent à l'audience - et même si cette audience aurait bien lieu, car il pourrait une nouvelle fois demander son renvoi.

M. T. avec AFP