BFMTV

Charente-Maritime: une femme violentée et séquestrée pendant trois ans par sa mère et sa soeur

Fin août, une femme de 25 ans s'est enfuie de chez elle, expliquant avoir été retenue prisonnière pendant trois ans. Sa mère et sa soeur ont été mises en examen pour séquestration.

C'est une sombre affaire "en lien avec un rite religieux suivi à la lettre" que le parquet de La Rochelle tente de résoudre. Dans la nuit du 23 au 24 août dernier, une femme de 25 ans se réfugie chez des habitants de Brignay. Sale et affamée, elle raconte avoir été retenue prisonnière durant trois années par sa mère et sa soeur dans une maison voisine.

"Elle déclare avoir été violentée à plusieurs reprises pour avoir tenté de se rebeller, avoir été régulièrement privée de repas, et subir des conditions de vie indignes, le tout en lien avec un rite religieux suivi à la lettre par sa mère et sa sœur", détaille le parquet à BFMTV, confirmant une information de Sud-Ouest.

Des examens médicaux conduits après ses révélations démontrent "une altération générale de sa santé compatible avec les faits allégués". De plus, dans la maison où la jeune femme dit avoir été retenue, les enquêteurs découvrent une pièce à la fenêtre obstruée et au sol souillé de salissures et d'excréments.

Des scellés sur la porte de la maison où la jeune femme était séquestrée
Des scellés sur la porte de la maison où la jeune femme était séquestrée © BFMTV

Converties au mennonitisme

Pourtant, la mère de la jeune femme nie tout mauvais traitement, et évoque plutôt un enfermement volontaire. La soeur de la victime, quant à elle, reste mutique, tant pendant sa garde à vue que devant le magistrat chargé d'instruire l'affaire. Les deux mises en cause, âgées de 58 ans pour la mère et de 27 ans pour la soeur, ont été mises en examen du chef de "séquestration de nature criminelle" et placées en détention provisoire.

Selon nos confrères de Sud-Ouest, les suspectes et leur victime s'étaient converties au mennonitisme [une branche du protestantisme], et cette dévotion aurait radicalement modifié leur mode de vie, avec un repli sur elles-mêmes. Une procédure avait été initiée en 2020 à la suite d'un signalement transmis par les services sociaux alertant sur la précarité de cette famille.

Mélanie Vecchio avec Ambre Lepoivre