BFMTV

Cécile Bourgeon enceinte: le prochain procès de l'affaire Fiona risque-t-il d'être reporté?

Le quatrième procès de Cécile Bourgeon et de son ancien compagnon Berkane Makhlouf doit se tenir en janvier 2020

Le quatrième procès de Cécile Bourgeon et de son ancien compagnon Berkane Makhlouf doit se tenir en janvier 2020 - AFP

Info BFMTV - La mère de la petite Fiona, morte en 2013 et dont le corps n'a jamais été retrouvé, doit être rejugée avec son ancien compagnon Berkane Makhlouf en janvier 2020. A peu près au même moment où elle est censée accoucher.

Est-ce un nouveau coup de tonnerre, dans un dossier des plus sensibles? Cécile Bourgeon, mère de la petite Fiona morte en 2013 et dont le corps n'a jamais été retrouvé, est enceinte, selon les informations d'Affaire Suivante pour BFMTV. Un nouvel élément qui risque de bouleverser l'agenda judiciaire à venir: la jeune femme est censée accoucher en février prochain, alors qu'elle et son ex-compagnon Berkane Makhlouf doivent comparaître en janvier 2020 devant la cour d'Assises de Lyon, pendant trois semaines, pour ce qui constituera le quatrième procès de l'affaire Fiona.

Contactés par nos nos soins, les avocats de Cécile Bourgeon, le bâtonnier Gilles-Jean Portejoie et son fils Renaud, ont simplement fait savoir qu'ils espéraient que le procès se tiendrait bien à la date prévue.

Le corps la fillette n'a jamais été retrouvé

Mai 2013, à Clermont-Ferrand. Cécile Bourgeon et son compagnon de l'époque Berkane Makkhlouf font part de la disparition de Fiona, âgée de 5 ans, alors qu'ils se baladaient dans un parc. La maman explique qu'elle était occupée à surveiller son deuxième enfant, dans une poussette, quand sa fille s'est volatilisée. Ses appels à l'aide font le tour de la France, le pays retient son souffle. Quand les recherches s'intensifient, Berkhane Makhlouf, qui n'est pas le père de la petite Fiona, joue le rôle de bouclier. Il protège celle qui partage sa vie des sollicitations médiatiques, demande à ce qu'on respecte leur vie privée et leur douleur. Sauf qu'ils ont tout inventé.

Quatre mois plus tard, le couple est placé en garde à vue. La vérité éclate: la petite fille n'a jamais disparu. Elle a été violentée, jusqu'à en être tuée. Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf sont allés enterrer le corps dans un bois dans les environs de leur ville. Toxicomanes, ils affirment ne plus savoir où. Six ans plus tard, le corps de la fillette n'a jamais été retrouvé.

Coup de théâtre à la cour de Cassation

Face à la justice, Cécile Bourgeon a tout d'abord été condamnée à 5 ans de prison en 2016 pour des délits annexes, reconnue coupable d'avoir fait croire à l'enlèvement de sa fille mais pas d'avoir tué son enfant. Faits pour lesquels Berkane Makhlouf, lui, a été condamné à 20 ans de prison ferme. Rejugés devant la cour d'assises d'appel de Haute-Loire, la mère de Fiona et son compagnon de l'époque sont finalement tous deux reconnus coupables de l'infanticide, la jeune femme voyant sa peine de prison s'alourdir à 20 ans ferme également. Ils se pourvoient alors en cassation, pour un troisième procès.

En février 2019, coup de théâtre. La cour de cassation rend un arrêt cassant la condamnation en appel à 20 ans de prison de Cécile Bourgeon. Loin d'innocenter la jeune femme, c'est un problème de forme lors du précédent procès qui a motivé cette décision. Si ça ne change rien pour Berkane Makhlouf, la mère de Fiona retrouve la liberté dans la foulée car elle a déjà purgé les 5 ans de prison de sa première condamnation.

Une rencontre peu après sa libération

Venue s'installer chez sa mère et son beau-père, Cécile Bourgeon fait rapidement une nouvelle rencontre, chez qui elle se met en ménage. Une personne dont elle est enceinte depuis le mois de juin dernier.

Cet enfant sera son quatrième. Outre Fiona, qui était son premier, la jeune femme a également eu une deuxième fille avec le père de la défunte, ainsi qu'un fils avec Berkane Makhlouf. La fille est actuellement chez son père, qui en a la garde, tandis que le garçon a été placé dans une famille d'accueil.

Si le procès qui doit être organisé en janvier 2020 à la Cour d'assises de Lyon risque d'être reporté en fonction de l'état de Cécile Bourgeon, il ne pourra en aucun cas être avancé. Il est en effet impossible de trouver un créneau de trois semaines avant la date initialement prévue.

Dominique Rizet, avec Jérémy Maccaud