BFMTV

Cannes: verbalisée parce qu'elle portait le voile, Siam est sous le choc

Siam, mère de famille de 34 ans, a été verbalisée sur une plage de Cannes en vertu d'un arrêté anti-burkini, alors qu'elle n'était vêtue que d'un simple voile. Elle a confié son indignation au micro de BFMTV ce mardi.

Une mère de famille de 34 ans, prénommée Siam, a annoncé ce mardi vouloir contester un PV qui lui a été adressé sur une plage de Cannes, en vertu de l'arrêté anti-burkini du maire LR David Lisnard. Sur BFMTV, la jeune femme a assuré être vêtue d'une "tenue correcte" et ne pas avoir apprécié le comportement des personnes présentes sur la plage, qui ont créé "une mini émeute".

Une "tenue correcte"

Siam, la mère de famille verbalisée, affirme ainsi qu'un policier lui a dit "qu'il fallait que (son) foulard soit mis en bandana sinon il fallait qu'(elle) quitte la plage". Elle a décidé de ne pas céder aux ordres des forces de l'ordre et a choisi de "rester sur la plage", affirmant ne pas choquer les gens. Elle s'acquitte finalement de l'amende de 11 euros que lui dresse la police municipale, et reste sur la plage. 

La Toulousaine se dit dans l'incompréhension, elle qui n'était ni "en burkini ni en burka". "Je n'étais pas nue, donc je considère que ma tenue était correcte", estime-t-elle, ajoutant que sa fille "était en pleurs puisqu'elle ne comprenait pas pourquoi on demandait à sa maman de quitter les lieux".

"Ça a crée une mini émeute"

Autour d'elle, plusieurs personnes présentent sur les lieux ont commencé à se mêler du problème. "Ça a créé une mini émeute sur la plage alors que nous n'avions rien demandé", raconte la jeune femme. 

"Des gens sont venus nous soutenir, protester, dire que ça ne les gênait pas, qu'on ne dérangeait personne" alors que d'autres "ont sauté sur l'occasion pour nous agresser verbalement, nous insulter". Des cris fusent: "Rentre chez toi!", "ici on est catholique, on veut pas de ça!" se souvient Siam, encore choquée.

La jeune femme a confié que c'était la "première fois" qu'elle était "confrontée à une discrimination alors qu'elle porte son "foulard de cette façon depuis des années". Le maire LR de Cannes David Lisnard a d'ors et déjà pris la défense de sa police affirmant que ses agents avaient "fait leur travail".

Ju. B. avec AFP