BFMTV

Cannabis social clubs: dix mois avec sursis requis contre le porte-parole

Le jardinier de 44 ans, porte-parole des Cannabis social clubs, prône la dépénalisation du cannabis (Photo d'illustration).

Le jardinier de 44 ans, porte-parole des Cannabis social clubs, prône la dépénalisation du cannabis (Photo d'illustration). - -

Dix mois de prison avec sursis ont été requis contre Dominique Broc, le porte-parole des Cannabis social clubs, jugé lundi à Tours.

Dix mois d'emprisonnement avec sursis, dont huit pour usage, détention de cannabis et provocation à l'usage de stupéfiants, ont été requis lundi contre le porte-parole des Cannabis social clubs Dominique Broc devant le tribunal correctionnel de Tours.

Ce jardinier de 44 ans prônant la dépénalisation du cannabis était également poursuivi pour refus de prélèvement d'ADN lors de son interpellation le 21 février à son domicile d'Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire). Ce jour-là, les gendarmes avaient découvert chez lui 126 plants de chanvre et 26 grammes de cannabis.

Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 18 avril.

200.000 personnes cultivent du cannabis en France

Dominique Broc milite depuis de nombreuses années pour l'autoculture de cannabis. Il est à l'origine du mouvement des Cannabis social clubs, des groupements "d'adultes responsables, basés sur l'amitié", qui cultivent ensemble du cannabis pour leur consommation personnelle afin de "s'affranchir du marché noir", a-t-il dit à l'audience.

Il n'était cependant pas poursuivi pour production de cannabis. Sa défense a d'ailleurs souligné l'incohérence des poursuites, demandant au tribunal de reconnaître son "incompétence", puisqu'il aurait dû être jugé pour "production en bande organisée", un crime passible de 30 ans de réclusion, qui se juge devant la cour d'assise spéciale.

Dominique Broc a affirmé que "la loi met aujourd'hui des milliers de gens en situation de hors-la-loi". Les autorités publiques estiment à 200.000 le nombre de personnes cultivant du cannabis. Une activité illégale en France, comme la consommation et la vente.


A VOIR AUSSI:

>> Cannabis social clubs: les fumeurs sortent de l'ombre

A LIRE AUSSI:

>> Les Cannabis social clubs veulent être légaux

>> Dépénalisation: le Cannabis social club met un pied dans la porte