BFMTV

CAN 2019: deux magasins pillés sur les Champs-Elysées lors d'un rassemblement après la victoire de l'Algérie

Des supporters se sont rendus sur la célèbre avenue peu après 21 heures avec des drapeaux algériens tandis que d'autres klaxonnaient dans leur voiture ou scooter criant "On a gagné!".

Deux magasins situés à proximité des Champs-Elysées à Paris ont été pillés ce jeudi soir par plusieurs dizaines de personnes en marge d'un rassemblement festif après la victoire de l'équipe de football d'Algérie lors de la Coupe d'Afrique des nations (CAN), a constaté un journaliste de l'AFP.

Plusieurs milliers de personnes s'étaient rassemblées autour de 21h sur la célèbre avenue parisienne pour célébrer la victoire des Fennecs sur la Côte d'Ivoire et donc l'accession de l'équipe en demi-finale de la CAN. Dès la fin du match, la foule s'est rétrouvé sur les Champs-Elysées dans un bouhaha de chants et de klaxons.

Une enseigne Ducati pillée

Peu avant minuit, des groupes s'en sont pris à trois magasins de motos situés sur l'avenue de la Grande-Armée tandis qu'à quelques mètres d'autres continuaient à faire la fête. Une fois la vitrine cassée, plusieurs dizaines de personnes ont pillé deux magasins, dont une enseigne Ducati, s'emparant des accessoires - casques, gants... - mais aussi de motos avant que les forces de l'ordre n'interviennent.

D'autres vitrines ont été brisées, a également constaté un journaliste de l'AFP. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène au cours de la soirée pour repousser la foule.

Un tronçon du périphérique bloqué

Par ailleurs, des individus bloquaient peu avant minuit le périphérique parisien selon une vidéo envoyée par des témoins à BFMTV. On y voit des individus au volant de voiture à l'arrêt agiter des drapeaux algériens à leurs fenêtres ou courir à pied sur la route.

Quelques heurts avaient déjà été constatés lors de rassemblements de supporters lors de la victoire de l'Algérie aux huitièmes de finale dimanche, à Paris. Des projectiles avaient notamment été lancés sur des CRS, présents pour disperser les trouble-fêtes. Du mobilier urbain avait été dégradé. Au total, 23 personnes ont été interpellées en Ile-de-France, dont sept à Paris. 

Cyrielle Cabot avec AFP