BFMTV

Cahuzac: Condamin-Gerbier dément avoir été contacté par Bercy

Condamin-Gerbier, ex-cadre de la banque suisse Reyl témoin dans l'enquête sur l'affaire Cahuzac.

Condamin-Gerbier, ex-cadre de la banque suisse Reyl témoin dans l'enquête sur l'affaire Cahuzac. - -

L'ex-cadre de la banque Reyl, qui affirme détenir une liste de personnalités politiques détenant un compte en Suisse, indique jeudi que le ministère de l'Economie et des Finances n'a pas pris contact avec lui. Et qu'il n'aurait de toute façon pas transmis la liste.

"Je n'ai eu aucun contact avec le ministre, ni un représentant du ministère du Budget, ni d'aucun autre ministère", a déclaré Pierre Condamin-Gerbier, ex-cadre de la banque suisse Reyl témoin dans l'enquête sur l'affaire Cahuzac. "Personne n'a cherché à me contacter, ni par téléphone, ni par mail, ni par courrier", a-t-il insisté.

Pierre Condamin-Gerbier, qui soutient détenir une liste des personnalités politiques ayant un compte en Suisse, ajoute: "Si j'avais été contacté, j'aurais répondu par politesse, mais si je dois communiquer la liste, je ne le ferai pas auprès de Bercy, je le ferai par voie judiciaire."

Le témoin veut "sécuriser" sa "situation personnelle et professionnelle"

"Je le ferai au bon moment, quand j'aurai pu sécuriser ma situation personnelle et professionnelle", a-t-il ajouté. Le ministre du Budget Bernard Cazeneuve avait dit mercredi, devant une commission d'enquête du Sénat sur l'évasion fiscale, avoir appelé M. Condamin-Gerbier à communiquer à Bercy la liste de ministres et ex-ministres détenteurs d'un compte en Suisse qu'il affirme posséder.

"J'ai invité ce matin Pierre Condamin-Gerbier à se rendre au 139 rue de Bercy de manière à me communiquer cette liste", avait déclaré Bernard Cazeneuve, rappelant les propos qu'il avait tenus plus tôt sur l'antenne de BFMTV/RMC. "J'invite ce monsieur, s'il a une liste avec des preuves, à les communiquer à Bercy (...) de manière à ce que l'administration compétente à Bercy puisse procéder aux investigations qui relèvent de ses prérogatives, conformément au droit", avait ajouté Bernard Cazeneuve.

Une quinzaine de noms seraient inclus dans la liste

La semaine précédente, Pierre Condamin-Gerbier avait affirmé devant des sénateurs disposer d'une liste "d'une quinzaine" de noms d'ex-ministres ou de ministres en exercice détenteurs d'un compte en Suisse, estimant que Jérôme Cahuzac n'était qu'un "fusible".

Livrer des noms de clients de banque à une autorité étrangère équivaut à une violation du secret bancaire suisse et est passible d'une peine de 3 ans de prison, ainsi que d'une amende de 250.000 francs suisses (200.000 euros).


À LIRE AUSSI: >> Fraude fiscale: "il n'y aura pas de cellule VIP", affirme Cazeneuve

>> Bernard Cazeneuve "invite" les fraudeurs à prendre contact avec l'administration fiscale
>> Evasion fiscale: qui après Cahuzac?

D. N. avec AFP