BFMTV

"Ça aurait pu finir beaucoup plus mal": Bernard Tapie donne des nouvelles après son violent cambriolage

Bernard Tapie le 27 septembre 2018 à Liège, en Belgique.

Bernard Tapie le 27 septembre 2018 à Liège, en Belgique. - Emmanuel DUNAND © 2019 AFP

Dans une interview accordée à Libération, Bernard Tapie revient sur les 45 minutes durant lesquelles lui et son épouse ont été violemment agressés au cours d'un cambriolage à leur domicile, dans la nuit de samedi à dimanche.

Trois jours après le violent "home jacking" dont ont été victimes les époux Tapie en Seine-et-Marne, l'homme d'affaires a donné de ses nouvelles dans une interview succincte au quotidien Libération, dans laquelle il revient sur la violence de ses agresseurs.

"Le simple plaisir de nous faire du mal"

Dans la nuit de samedi à dimanche, quatre hommes se sont introduits dans la résidence du couple à Combs-la-Ville, les ont violentés pendant environ 45 minutes, raconte Bernard Tapie, avant de prendre la fuite avec des bijoux.

"Ils ont frappé ma femme à coups de poing dans la gueule, moi attaché sur une chaise. Elle criait. J’ai subi cet épisode comme si je recevais personnellement les coups."

À ses yeux, les malfaiteurs étaient violents car ils étaient "déçus de ce qu’ils ont pu dérober sur place, pas à la hauteur de leurs espérances" mais aussi "pour le simple plaisir de nous faire du mal."
Bernard et Dominique Tapie après avoir été agressés lors d'un cambriolage à leur domicile, dimanche 4 avril 2021
Bernard et Dominique Tapie après avoir été agressés lors d'un cambriolage à leur domicile, dimanche 4 avril 2021 © BFMTV

"Ça aurait pu finir beaucoup plus mal"

L'homme âgé de 78 ans, qui souffre d'un double cancer de l'estomac et de l'œsophage, a notamment reçu "un coup de matraque sur la tête" et ne sait pas encore s'il aura des séquelles. "Les médecins me le diront dans deux jours", précise-t-il.

Ils confirment que ses agresseurs étaient encagoulés, gantés et vêtus de combinaisons noires et qu'il ne sera donc pas évident de les identifier.

"C’est un peu dur à encaisser, mais cela va passer", déclare Bernard Tapie, avant d'ajouter: "ça aurait pu finir beaucoup plus mal."

Lundi soir, le parquet de Paris a annoncé se saisir de l'affaire, la juridiction interrégionale spécialisée de la capitale étant compétente en matière de délinquance organisée.

Par E.P avec AFP