BFMTV

Bussereau : « 30% des vols assurés depuis Paris »

Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat aux Transports

Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat aux Transports - -

Invité de Bourdin Direct ce mardi, le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau a notamment fait le point sur la reprise progressive du trafic aérien.

Réunis hier avec les ministres européens des Transports, Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat aux Transports, invité de Bourdin Direct ce mardi, explique : « on a défini 3 zones : la zone nord (Angleterre, Ecosse…) où on ne peut pas voler, la zone sud où tout va bien, et une zone intermédiaire, de précaution où aujourd’hui, on a rouvert, dans certaines conditions, les vols. Mais la situation est évolutive : des pays qui avaient rouvert hier, sont en train de fermer. Donc on peut à tout moment être amenés à refermer.
Pour aujourd’hui, on a prévu 564 vols au départ de CDG, contre 1500 habituellement. AU départ d’Orly, 272 contre 700. Grosso modo, ce qui est prévu, si tout va bien, c’est environ 30% des vols aujourd'hui. Mais ça peut évoluer à tout moment. »

« Les vols sous contrôle, les avions auscultés »

Se voulant rassurant, Dominique Bussereau ajoute : « tous les vols qui se font aujourd’hui, se font sous contrôle et chaque avion est ausculté. […] Il n’y a rien d'anormal dans les vols tests. Les premiers vols tests ont été réalisés samedi. Et on a attendu qu’il y ait une coïncidence entre les résultats des vols tests et les cartes météo, pour autoriser les couloirs. Tout ça a été fait, non pas au nom du principe de précaution, mais au nom du principe de sécurité, que l’on applique avant tout dans l'aérien. On ne badine pas avec la sécurité aérienne. »

« Que ceux qui n’ont pas d’urgence, attendent »

Soulignant que la reprise du trafic, et notamment avec le retour des Français bloqués à l’étranger, sera « extrêmement compliquée », le secrétaire d’Etat aux Transports lance un message : « Que celles et ceux qui n’ont pas un besoin impératif de partir aujourd’hui ou dans les jours à venir, attendent. Que ceux qui ont une urgence professionnelle, prennent l’avion. Que ceux qui voulaient aller se balader à New York, attendent 24 ou 48 heures. »

« Les compagnies européennes obligées de rembourser »

A la question de qui doit payer, Dominique Bussereau répond : « les compagnies européennes ont l'obligation de rembourser intégralement le billet. Les tour-opérateurs ont en général décidé d'autoriser le report des voyages. Donc, tout le monde est très correct dans cette affaire. Restent les "faux frais" engagés par ceux restés bloqués. Il restera certainement beaucoup de gens qui y seront malheureusement de leur poche. »

Pour écouter l'intégralité du podcast de l'interview de Dominique Bussereau, cliquez ici.