BFMTV

Bachelot ne veut pas sanctionner le patron du CNC, au nom de la présomption d'innocence

Dominique Boutonnat le 13 septembre 2019 lors de la 21e édition du  "Festival de la fiction" à La Rochelle.

Dominique Boutonnat le 13 septembre 2019 lors de la 21e édition du "Festival de la fiction" à La Rochelle. - XAVIER LEOTY © 2019 AFP

La ministre de la Culture refuse de prononcer une sanction contre le patron du CNC Dominique Boutonnat, mis en examen pour agression sexuelle, car il est "réputé innocent", a-t-elle affirmé lundi.

Roselyne Bachelot refuse de sanctionner le patron du CNC mis en examen pour agression sexuelle, au nom de la présomption d'innocence. La ministre de la Culture estime que c'est à lui de juger s'il peut exercer "en toute sérénité" ses fonctions.

"La parole des victimes est respectée"

"Au nom de quoi prononcerais-je une sanction contre Dominique Boutonnat? C'est à lui de voir s'il peut en toute sérénité exercer son mandat, il en jugera et il décidera. Ce n'est pas à moi de sanctionner quelqu'un qui est réputé innocent", a-t-elle déclaré sur LCI lundi soir.

"Je veux deux choses: respecter la parole de la victime et la présomption d'innocence." Et d'ajouter: "La parole des victimes est respectée parce qu'on est dans une procédure judiciaire. Le jugement n'est pas rendu et la présomption d'innocence de Dominique Boutonnat doit être respectée".

Tribunal de l'opinion publique

Pour Roselyne Bachelot, "le tribunal de l'opinion publique ne peut pas remplacer le tribunal judiciaire". Peu après la mise en examen pour agression sexuelle et tentative de viol de Dominique Boutonnat, syndicats de producteurs, de réalisateurs et la CGT-Spectacle ont demandé la semaine dernière la mise à l'écart du patron du CNC et la nomination d'une nouvelle présidence.

Dominique Boutonnat conteste formellement les accusations de son filleul de 22 ans, fils d'une amie de longue date, pour des faits que le plaignant date d'août 2020. Le producteur de cinéma Dominique Boutonnat, 51 ans, est président du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) depuis juillet 2019.

Par E.P avec AFP