BFMTV

Au moins 4 personnes seront jugées suite aux incidents en marge du concert d'une star congolaise à Paris

L'incendie à gare de Lyon

L'incendie à gare de Lyon - Julien Claus - AFP

Les manifestants accusent le chanteur de rumba congolaise d'être proche du pouvoir en place en République démocratique du Congo.

Une trentaine de véhicules, surtout des scooters, ainsi que des poubelles, avaient été incendiés, dégageant d'épaisses volutes de fumée dans la zone. Au moins quatre personnes seront jugées pour les manifestations et incidents intervenus ce vendredi, à la gare de Lyon à Paris, en marge du concert de la star congolaise Fally Ipupa, a-t-on appris ce dimanche auprès du parquet de Paris

Le chanteur de rumba congolaise, accusé par des opposants de la diaspora d'être proche du pouvoir en place en République démocratique du Congo (RDC), ne s'était pas produit en France depuis des années, par peur de débordements. Avant le début de son concert à l'AccorHotels Arena, de multiples incidents ont éclaté en début de soirée aux abords de la gare et du quartier proche de Bercy.

La préfecture de police avait pourtant placé la soirée sous haute surveillance, en interdisant les multiples manifestations prévues par les opposants. Envahie par les fumées, la partie souterraine de la gare avait été évacuée par précaution et le trafic des métros et RER perturbé.

71 personnes interpellées

Au moins 71 personnes ont été interpellées pendant la soirée, ce qui a donné lieu à 52 gardes à vue (et non 51 comme indiqué dans un premier temps par le parquet de Paris). A l'issue de ces gardes à vue, au moins quatre personnes seront jugées, soit très prochainement en comparution immédiate, soit ultérieurement via une convocation devant le tribunal, a indiqué le parquet. Une enquête préliminaire a été ouverte à l'issue de l'une des gardes à vue.

Dix alternatives aux poursuites ont été prononcées, parmi lesquels plusieurs rappels à la loi, et 37 gardes à vue ont donné lieu à un classement sans suite.

C. S. avec AFP