BFMTV

Arrêt des traitements de Vincent Lambert: pour sa soeur, il est temps "qu'on respecte enfin son droit"

"Il faut essayer de respecter le droit de cet homme-là avec ses idées à lui", déclare Marie Lambert, pour qui Vincent Lambert avait fait le choix de l'arrêt des soins en cas de handicap lourd.

"J'ai encore beaucoup de mal à y croire", déclare sur RMC Marie Lambert, soeur de Vincent Lambert, après l'annonce de l'arrêt des traitements de ce dernier, tétraplégique depuis dix ans.

"J'ai encore beaucoup de mal à y croire, il y a une forme de déni qui s'installe à force de tous ces rebondissements", déclare-t-elle, "mais oui j'espère que la fois où on ira [le voir] ce sera la dernière. Et qu'on respectera enfin son droit".

Le processus d'arrêt des soins a déjà été entamé à plusieurs reprises, dont la dernière fois fin mai. Mais les parents, et une branche de la famille, refusent cette option, et avaient interrompu le processus s'appuyant sur un ultime recours juridique. Une décision abolie à son tour en juin.

"Sa femme, sa fille ont le droit de faire un deuil"

"On parle des droits de l'homme et il faut essayer de respecter le droit de cet homme-là avec ses idées à lui", déclare Marie Lambert, pour qui Vincent Lambert avait fait un choix avant son accident: il ne souhaitait pas être maintenu en vie en cas de handicap lourd.

"On peut aussi parler des droits des hommes et des femmes qui entourent Vincent", ajoute la soeur, "de sa femme, de sa fille qui ont le droit aussi de faire un deuil que Vincent aurait souhaité". 

Elle espère que cet arrêt des soins sera le dernier, notamment afin de ne plus vivre la douleur d'une "projection dans un deuil", avant d'en être privée, ce qui est déjà arrivé "de façon répétée".

Salomé Vincendon