BFMTV

Agression mortelle à Lyon : les suspects connus de la police

-

- - -

Dimanche matin à Lyon, quatre hommes ont roulé sur un homme de 33 ans après l'avoir roué de coups. On a appris mercredi matin que la victime est décédée. Les faits sont requalifiés en "homicide involontaire".

Quatre hommes sont soupçonnés d'avoir roulé en voiture sur un homme de 33 ans après l'avoir roué de coups dans la nuit de samedi à dimanche. On a appris mercredi matin que la victime, prénommée Abdelbasset, est décédée. Les quatre individus ont été présentés mardi matin devant un juge d’instruction. Le conducteur a été mis en examen pour tentative d’homicide. Mais suite aux décès de la victime, les faits sont requalifiés en homicide volontaire. Agé de 21 ans, sans emploi, le conducteur est un délinquant récidiviste qui venait de sortir de prison il y a quelques semaines pour violence. Deux autres individus ont été mis en examen pour violence volontaire, non-assistance à personne en danger et dissimulation de preuve, car la voiture en cause dans l'agression n’a toujours pas été retrouvée. Le quatrième homme n'était pas sur place, il a été entendu comme témoin assisté.

Les suspects sont tous connus de la police

La victime, prise à partie avec sa compagne "vers 2h du matin, dans un quartier festif de Lyon sur les quais de Saône", souffrait d'un traumatisme crânien et d'hémorragies internes, et se trouvait "entre la vie et la mort", depuis.

Selon la police, "quatre suspects ont cherché la bagarre avec deux couples, sans raison, et ont porté des coups". Lorsque l'un des hommes s'est trouvé à terre, "les agresseurs ont volontairement roulé dessus avec leur voiture", a-t-on précisé. Les enquêteurs ont entendu plusieurs témoins, qui avaient relevé le numéro d'immatriculation de la voiture et ont "reconnu sur photo" le propriétaire du véhicule, un de ses frères et deux proches, âgés de 18 à 21 ans et arrêtés dimanche matin à Vénissieux (Rhône), en banlieue lyonnaise. "Le propriétaire n'a pas été en mesure de présenter la voiture, qui doit porter des traces, et nous raconte des trucs qui ne tiennent pas debout pour se justifier", a raconté un responsable policier, ajoutant que les suspects étaient tous connus de la police, notamment pour "vol par effraction".

La Rédaction, avec Amélie Rosique et AFP.