BFMTV

Affaire Valbuena: "Karim Benzema va mal, il va se battre", prévient son avocat

Quelques jours après la mise en examen de Karim Benzema pour complicité de chantage concernant la sextape de Mathieu Valbuena, son avocat décrit un homme qui "va mal" mais "décidé à se battre".

Cinq personnes sont mises en examen dans l'affaire dite de la sextape de Mathieu Valbuena. En première ligne, l'attaquant international Karim Benzema. Ce dernier a été entendu en garde à vue avant de se voir signifier sa mise en examen pour "complicité de tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs". Aujourd'hui, revenu en Espagne où il joue, le joueur "va mal" selon son avocat, Alain Jakubowicz, invité de BFMTV.

"Karim Benzema va mal, il est montré du doigt", dénonce l'homme de loi. Me Alain Jakubowicz, qui assure la défense du joueur de l'équipe de France avec Me Sylvain Cormier, estime que l'on fait passer son client "au mieux pour un imbécile, au pire pour un délinquant", "un homme traîné dans la boue". Dans cette situation, Karim Benzema se dit prêt à se battre. "Il va se battre pour son honneur", prévient son conseil.

"Il veut être à la hauteur de l'homme qu'il est, il est un homme bien", insiste-t-il.

"Pantalonnade"

La première étape de cette bataille judiciaire va être, pour les avocats de Karim Benzema, le retrait de sa mise en examen. "Je n'ai jamais vu mis en examen quelqu'un pour tentative de chantage avant que la victime ne soit entendu", dénonce à son tour Alain Jakubowicz. Ce dernier se demande pourquoi une telle mise en examen et pourquoi une garde à vue de 48 heures ne serait-ce pour "l'humilier". 

"Cette affaire est une pantalonnade", affirme haut et fort l'avocat de l'attaquant international.

Alain Jakubowicz balaie d'un revers la publication des retranscriptions de la conversation supposée entre Karim Benzema et un ami proche. "Nous les avocats, nous ne les avons pas", s'agace-t-il. Il a également indiqué sur BFMTV qu'une plainte allait être déposée pour "identifier" la personne qui fournirait des informations à la presse et notamment les aveux supposés de l'attaquant madrilène.

"Il y a quelqu'un qui alimente la presse, accuse l'avocat. Au mieux pour alimenter la chronique, au pire pour nuire à Karim Benzema. On ne vous ratera pas, Monsieur ou Madame. Nous ne vous lâcherons pas jusqu'à ce que nous ayons identifié celui qui est à l'origine de tout ça."

J.C.