BFMTV

Affaire Morandini: l'avocat d'une victime présumée décrit "le piège" tendu par l'animateur

Me Francis Szpiner, avocat d'une victime de Jean-Marc Morandini et de l'association La voix de l'enfant, se dit "soulagé" de la mise en examen de l'animateur.

Jean-Marc Morandini a été mis en examen vendredi pour "corruption de mineurs aggravée", dans le cadre des accusations lancées à son encontre par deux jeunes hommes. Une décision accueillie avec soulagement par Me Francis Szpiner, l'avocat d'un des jeunes hommes et également de l'association La voix de l'enfant. 

"Monsieur Morandini a, sous prétexte d'un casting, créé un instrument qui lui permettait d'attirer des jeunes gens chez lui en leur faisant miroiter un rôle, et en permettant de les pervertir au sens de la loi (...)", affirme Me Szpiner vendredi soir sur BFMTV. "Il a fait un casting pour le soi-disant remake d'un film [intitulé Ken Park, réalisé par Larry Clark] dont il n'a jamais acheté les droits. Ce film n'a jamais existé. C'était un piège." Et de rappeler que l'un des deux plaignants, âgé de 16 ans à l'époque des faits, "avait bien dit qu'il était mineur et Jean-Marc Morandini ne pouvait pas l'ignorer".

"La honte doit changer de camp"

Pourtant, lors de la confrontation avec l'animateur, celui-ci nie en bloc. "Il nous a dit ne pas se souvenir de ce jeune homme, ni avoir demandé des scènes de masturbation et savoir s'il était mineur ou non. C'est sa parole contre celle de ce jeune homme et de sa mère".

Cette affaire a éclaté après le scandale autour des conditions de tournage de la websérie Les Faucons, produite par Jean-Marc Morandini. Des comédiens l'accusaient notamment d'avoir profité des castings pour les pousser à s'exhiber nus.

"Chaque fois c'est la même chose, lorsque quelqu'un est accusé d'être un prédateur, on s'aperçoit que des gens ont gardé le silence pendant des années", réagit Me Szpiner. "A l'occasion d'une plainte ou d'une révélation, des gens s'aperçoivent qu'ils ne sont pas seuls, et qu'ils n'ont pas à avoir honte. Aujourd'hui, la honte doit changer de camp. C'est le combat de l'association". 

A. K.