BFMTV

Affaire Daval: les parents d'Alexia réclament 360.000 euros d'indemnisation au meurtrier de leur fille

Les parents d'Alexia Daval, Jean-Pierre et Isabelle Fouillot, à la cour d'assises de la Haute-Saône, à Vesoul, le 20 novembre 2020

Les parents d'Alexia Daval, Jean-Pierre et Isabelle Fouillot, à la cour d'assises de la Haute-Saône, à Vesoul, le 20 novembre 2020 - PATRICK HERTZOG © 2019 AFP

Le volet pénal étant clos, l'affaire Daval se joue désormais au civil. Au titre de la réparation de leur préjudice moral, les parents d'Alexia Fouillot réclament 360.000 euros à Jonathann Daval, condamné pour son meurtre au mois de novembre.

Condamné à 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse, Jonathann Daval doit désormais répondre de ses actes au civil. Il lui incombe en effet de réparer le préjudice moral - aussi appelé "d'affection" - infligé à la famille Fouillot par la perte de leur fille, Alexia, dont le corps a été retrouvé partiellement calciné à la fin du mois d'octobre 2017.

Isabelle et Jean-Pierre Fouillot réclament chacun à l'auteur du meurtre 150.000 euros, rapporte l'Est Républicain. A cette somme s'ajoutent 60.000 euros qu'ils demandent à Jonathann Daval au titre du préjudice économique subi en raison de la fermeture de leur bar-PMU, à Gray. Les oncles et tantes d’Alexia Fouillot estiment quant à eux le montant de leur préjudice moral autour de 25.000 euros, et leurs conjoints à 15.000 euros.

"De plus justes proportions"

D'après le quotidien régional, les avocats de Jonathann Daval espèrent que "ces sommes seront ramenées à de plus justes proportions". Il revient à la cour d'assises d'estimer le montant à accorder aux parties civiles, une audience devrait avoir lieu début 2021. Mais pour la mort d’un enfant, les montants dépassent rarement les 40.000 euros, notent nos confrères.

Jonathann Daval a été condamné le 21 novembre dernier à 25 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de sa femme Alexia, à l'issue d'un procès haletant et hyper médiatisé. Un verdict plus clément que les réquisitions de l'avocat général qui avait demandé la réclusion criminelle à perpétuité.

Le couple Fouillot a salué "une très bonne décision (...) à la hauteur de notre souffrance". Ni Jonathann Daval ni le ministère public n'a fait appel de cette décision. Le volet civil est donc la dernière étape de cette affaire criminelle qui dure depuis plus de trois ans.

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV