BFMTV

A Dijon et Orléans, deux chauffeurs de bus agressés par des passagers refusant de porter le masque

(photo d'illustration)

(photo d'illustration) - AFP

Dans les deux villes, deux chauffeurs de bus ont été agressés cette semaine par des passagers qui refusaient de porter un masque. Trois individus ont été interpellés et placés en garde à vue.

À Dijon et Orléans, deux chauffeurs de bus ont été agressés par des passagers qui refusaient de porter un masque, pourtant obligatoire dans les transports en commun. Deux événements qui font écho à la violente attaque d'un chauffeur de bus, le 10 juillet à Bayonne. L'homme a depuis succombé à ses blessures.

T-shirt sur le visage

Jeudi, le parquet d'Orléans a fait savoir qu'un mineur avait été interpellé et placé en garde à vue pour avoir frappé mardi à Orléans un conducteur de bus qui lui avait demandé peu auparavant de porter un masque dans le véhicule.

L'agresseur présumé, sans casier judiciaire mais connu de la justice, a été placé en garde à vue "pour violence sur personne chargée d'une mission de service public". Le conducteur de Tao (réseau des transports en commun de la Métropole d'Orléans, groupe Keolis) s'est vu prescrire quatre jours d'ITT (incapacité totale de travail) en raison, notamment, d'une blessure à un œil.

"Il (l'agresseur présumé, NDLR) monte dans le bus au niveau de la gare routière. Le chauffeur lui fait remarquer que le port du masque est obligatoire. Il remonte alors son T-shirt au niveau de son visage et se dirige vers le fond du bus. Il revient quelques instants plus tard, cette fois avec un masque, et assène plusieurs séries de coups au conducteur", a révélé le parquet.

Nez ensanglanté

À 300 kilomètres de là, le scénario se répète. Ce jeudi vers 18h30, dans le centre-ville de Dijon, un conducteur de bus a été attaqué par deux jeunes qui refusaient également de porter un masque.

"Le conducteur est sorti de sa cabine. Il a rappelé les consignes du port de masque obligatoire aux voyageurs. Il y a eu des échanges verbaux, puis des échanges de coups. Il a été frappé au visage, le nez ensanglanté", a raconté à l'Agence France Presse Frédéric Pissot, délégué CGT du réseau de transports Divia, confirmant une information de France Bleu Bourgogne.

Les pompiers ont confirmé avoir pris en charge jeudi soir un agent de Divia de 52 ans et transféré le "blessé léger" à l'hôpital. "Deux mineurs sont actuellement en garde à vue pour agression de chauffeur", a précisé le parquet de Dijon, sans donner plus de précisions sur ces agresseurs présumés.

La société gestionnaire des transports dijonnais DiviaMobilités annonce ce vendredi matin que le chauffeur a pu rentrer à son domicile et que 5 jours d'ITT lui ont été prescrits. Une enquête est en cours auprès de la direction départementale de la sécurité publique de Côte d'Or.

Esther Paolini Journaliste BFMTV