BFMTV

"WandaVision": ce qu'il faut savoir sur la série la plus expérimentale de Marvel

Elizabeth Olsen et Paul Bettany dans la bande-annonce de "WandaVision"

Elizabeth Olsen et Paul Bettany dans la bande-annonce de "WandaVision" - Capture d'écran YouTube - Marvel Entertainment

WandaVision, dont les deux premiers épisodes sont disponibles ce vendredi 15 janvier sur Disney+, ne ressemble à aucune autre oeuvre de l'univers cinématographique Marvel. Ses stars Elizabeth Olsen et Paul Bettany en racontent les coulisses.

WandaVision, la première série produite par Marvel pour Disney+, est sans doute l'œuvre la plus expérimentale et osée du studio américain. Imaginée comme un pastiche de sitcoms, cette série renouvelle le genre super-héroïque et offre enfin à Elizabeth Olsen et Paul Bettany, les interprètes de Wanda Maximoff et de Vision, un écrin à la hauteur de leurs talents.

WandaVision, dont les deux premiers épisodes (sur neuf) sont disponibles ce vendredi 15 janvier, ne ressemble à aucun autre film de l'univers cinématographique Marvel (MCU). Le réalisateur Matt Shankman, connu pour son travail sur Game of Thrones, est aux commandes de cette expérience qui mêle l'esthétique des sitcoms d'antan aux récits épiques et cosmiques de Marvel:

"Notre série est à la fois une histoire d’amour, un récit d’aventure, un mystère et une comédie. Il va y avoir de plus en plus d’action au fil des épisodes et à la fin tout sera fera sens", assure à BFMTV Matt Shankman, qui s'est allié pour l'occasion à la scénariste et showrunneuse Jac Schaeffer, qui a également coécrit Captain Marvel et Black Widow.

"La première fois que j’ai entendu parler de ce projet, c’était avec Kevin Feige [le patron de Marvel Studios], lors d’une réunion", ajoute de son côté Elizabeth Olsen. "J’ai été tout de suite emballée par l’idée. C’était l’opportunité parfaite pour raconter une histoire complètement différente de ce qui avait été fait dans les films. On s’est inspiré d’un comics [écrit par Tom King] où Vision vit tranquillement avec sa famille dans une banlieue pavillonnaire."

Une histoire accélérée de la sitcom

L'idée de s'emparer du genre de la sitcom s'est imposée assez rapidement. Depuis les années 1950, la comédie de situation met en scène une vision rassurante de la famille et de la société américaines. Ce genre était donc idéal pour raconter le rêve de conformisme de Wanda, super-héroïne dépressive depuis la mort de son frère, et Vision, androïde surpuissant et omniscient, mais condamné à vivre une vie d'errance à l'image du Surfeur d'argent.

WandaVision propose une histoire accélérée de la sitcom. Le premier épisode, situé dans les années cinquante, évoque à la fois I Love Lucy (1951-1957) et The Dick Van Dyke Show (1961-1966), deux classiques des débuts de la télévision américaine, qui ont posé les bases du genre. Le deuxième, situé dans les années 1960, détourne les codes de Ma sorcière bien-aimée (1964-1972) et son célèbre générique animé.

Le troisième épisode, qui sera diffusé le 22 janvier, se déroule dans les années 1970. Tourné en couleur, contrairement aux deux premiers, il fait penser à des séries comme The Brady Bunch (1969–1974) ou Happy Days (1974-1984).

Les autres épisodes, qui n'ont pas encore été montrés à la presse, rendent hommage selon le casting à Roseanne (1988–1997), Malcolm (2000-2006) ou encore La Fête à la maison (1987–1995), où ont débuté Mary-Kate et Ashley Olsen, les soeurs d'Elizabeth Olsen. Les comédiens ont suivi des cours intensifs de sitcoms:

"Chaque jour, pendant une semaine, on s’est retrouvé pour regarder de vieilles sitcoms", se souvient Elizabeth Olsen. "On regardait des épisodes bien précis auxquels on allait ensuite devoir rendre hommage. On a aussi beaucoup parlé du ton des sitcoms, comment le genre avait évolué au fil des décennies par rapport à l’histoire américaine, ce que le public voulait voir à une époque donnée. Par exemple, les séries des années 1950 et 1960 sur des familles parfaites sont devenues à partir des années 1970 plus ancrées dans la réalité, avant de devenir plus cynique dans les années 2000 et 2010. C’est intéressant de voir comment l’humour change au fil des années."

Le tournage aussi était une expérience particulière: "C’était comme voyager à travers le temps: il nous est arrivé dans la même journée d’aller d’une époque à une autre. C’était très amusant de jouer avec l’imaginaire américain des années cinquante à aujourd’hui", renchérit Paul Bettany. "On s’est inspirés des sitcoms qui sont restées intemporelles, celles qui nous donnaient l’impression d’être aussi bonnes aujourd’hui qu’à l’époque", complète Matt Shankman.

"Le public va rire à des blagues du passé?"

Le réalisateur a mis en scène chaque épisode dans les conditions de l'époque où se déroule l'action, en employant les méthodes d’éclairage et les caméras d'alors. L'écriture aussi est au diapason de l'époque. Et le premier épisode, d'une durée de 22 minutes, comme les sitcoms traditionnelles, reproduit à merveille le rythme des blagues des années cinquante.

"Le défi est de savoir si le public va rire à ces blagues écrites pour ressembler aux blagues d'antan. Elles n’ont rien de moderne! C’est très expérimental", concède Kathryn Hahn, qui joue Agnès, la voisine délurée de Wanda et Vision. Le tournage du premier épisode a enfin eu lieu devant un public, comme cela se fait pour les sitcoms:

"C’était terrifiant. Je n’avais pas joué devant un public depuis vingt ans", dit Paul Bettany. "J’étais réticent au début, mais les producteurs et le réalisateur ont eu raison d’insister. Le fait d’avoir joué devant un public apporte une dimension supplémentaire à WandaVision. Avec WandaVision, les fans de Marvel vont regarder le MCU d’un autre oeil", prévient-il, avant d'ajouter que la série n’est pas uniquement constituée de pastiches de sitcoms et se déroulera aussi dans le MCU "que l’on connaît bien".

L'histoire rejoindra évidemment celle racontée dans les films à succès sortis entre 2007 et 2019. Un des personnages principaux de WandaVision est ainsi Monica Rambeau (Teyonah Parris), aperçue enfant dans Captain Marvel (2019). Et les fans devraient enfin pouvoir comprendre ce qui s'est passé après l'affrontement entre Vision et Thanos dans Infinity War (2018). Aux dernières nouvelles, Vision était en effet... mort: WandaVision est-il le récit des hallucinations du personnage ou de Wanda? Réponse dans quelques semaines.

https://twitter.com/J_Lachasse Jérôme Lachasse Journaliste BFMTV