BFMTV

Violences conjugales: Sandrine Bonnaire livre un témoignage bouleversant

Sandrine Bonnaire en août 2019

Sandrine Bonnaire en août 2019 - Yohan BONNET - AFP

L'actrice a confié à Quotidien et sur le plateau de France 24 avoir été victime d'un ancien compagnon violent. Une expérience traumatisante, dont elle veut parler pour inciter les femmes à porter plainte dans ce genre de situation.

L'actrice évoquait déjà le sujet dans l'ouvrage À l'amour, à la vie de Catherine Ceylac, sorti en octobre dernier. Alors qu'elle participait samedi à la marche #NousToutes, à Paris, Sandrine Bonnaire s'est confié à Quotidien sur les violences conjugales dont elle a été victime de la part d'un ancien compagnon, il y a vingt ans ans.

La comédienne explique avoir été battue par un homme avec qui elle vivait depuis quatre ans, et qui s'en est pris à elle au cours d'une dispute, la frappant violemment et l'étranglant. 

"Je suis tombée dans les pommes. Je me suis retrouvée deux mètres plus loin, avec le visage complètement de travers, la langue en lambeau, avec huit dents de cassés", a raconté l'actrice, ajoutant avoir eu le menton ouvert. "Je me suis réveillée, j'ai craché plein de morceaux de dents, du sang".

"Il m'a dit que j'étais tombée, je l'ai cru"

Sandrine Bonnaire a confié ne pas être allée porter plainte tout de suite. "Je lui ai dit: 'Qu'est-ce que tu m'as fait?', et il m'a dit que j'étais tombée. Comme il m'avait strangulée et que j'étais tombée dans les pommes, je l'ai cru", a-t-elle poursuivi. 

"Puis le médecin m'a dit que j'avais été frappée. Je suis allée porter plainte. La personne en question a pris deux ans de sursis, seulement. Avec une condamnation financière importante puisque j'avais 35.000 euros de frais de soins dentaires", a expliqué l'actrice.

"Porter plainte est indispensable"

Une expérience "traumatisante" pour Sandrine Bonnaire, sur laquelle est elle est également revenue sur le plateau de France 24, ce lundi. 

"J'ai été opérée en urgence, j'ai demandé à cet homme de quitter mon domicile", a-t-elle dit. "Je suis restée paralysée pendant un mois et demi, avec toute la mâchoire attachée, je devais voir le chirurgien toutes les semaines".

L'actrice a rapporté que son ancien compagnon avait nié les faits, et n'avait "pas assumé sa responsabilité". Alors que ce dernier devait faire une reconstitution de la scène, ce dernier avait eu selon elle "un argument d'homme terrible": "Elle était hystérique, j'ai dû la calmer".

Si Sandrine Bonnaire s'exprime aujourd'hui sur le sujet, c'est parce qu'elle espère convaincre les victimes d'aller porter plainte. "Il faut porter plainte, c'est indispensable", a-t-elle assuré sur France 24. 

Nawal Bonnefoy