BFMTV

Comment Maître Gims et Kendji Girac ont vécu leur Aventure Robinson sur TF1

"L'aventure Robinson" avec Kendji Girac et Maître Gims, diffusée le 16 février 2018

"L'aventure Robinson" avec Kendji Girac et Maître Gims, diffusée le 16 février 2018 - TF1

TF1 diffuse ce vendredi 16 février sa nouvelle émission L'aventure Robinson qui envoie sur une île déserte (et pour la bonne cause) deux célébrités: Kendji Girac et Maître Gims. Une expérience éprouvante, mais réussie, pour les deux chanteurs. Confidences.

TF1 a le goût de l'aventure. Après Koh-Lanta, Ninja Warriors et le récent Les Touristes, la chaîne propose à ses téléspectateurs un nouveau rendez-vous au titre évocateur: L'Aventure Robinson. Le principe est simple: deux personnalités sont lâchées sur une (sublime, mais sauvage) île déserte. Seules pendant cinq jours, sans aide extérieure, sans nourriture, elles vont devoir survivre dans ce milieu hostile tout en se frottant à trois épreuves de force et d'agilité afin de récolter un maximum d'argent pour une association (La chaîne de l'espoir).

Pour ce premier numéro diffusé ce vendredi 16 février en prime-time, Maître Gims et Kendji Girac ont accepté de jouer les pionniers pour ce nouveau programme original. "Je salue leur cran, car ils ne savaient pas ce qui les attendait", assurait la productrice Alexia Laroche-Joubert devant la presse. Et les deux chanteurs "visionnaires et courageux" n'ont pas été au bout de leurs surprises.

L'humour de Maître Gims vs. l'habileté de Kendji Girac

Dans ce programme qui ne repose "pas sur la compétition, mais sur l'entraide" et dans lequel ils n'ont pas de contact avec l' (incontournable) animateur Denis Brogniart, les deux chanteurs débutent l'aventure, seuls, et ont comme première mission de se retrouver. L'occasion pour les téléspectateurs de rapidement discerner leurs deux personnalités distinctes et leurs façons de réagir de manières biens différentes face à un même obstacle. Comme arme pour '"survivre", c'est l'humour que Maître Gims privilégiera. Kendji Girac, lui, brillera davantage par son habileté et sa débrouillardise.

"Sans Kendji, je serais mort, confiait d'ailleurs avec humour et lucidité l'interprète de Bella devant les journalistes présents lors de la présentation du programme à TF1. Et c'est peu dire que le chanteur a été "impressionné" par son jeune acolyte capable de monter des cabanes, faire du feu, pêcher, couper les noix de coco...

"Il m'a complètement bluffé!, reconnaît-il. Pour ma part, j’ai confondu une pierre à feu avec un mini-totem: difficile de s’en sortir alors que Kendji était déjà en train de faire des étincelles! Dès lors, je ne l’ai pas lâché d’une semelle".

De la jungle urbaine à la jungle... tout court

Les deux artistes, qui ne se connaissaient pas avant l'émission, se sont d'ailleurs bien trouvés et leur complicité transparaît à l'écran. "J’ai connu la jungle urbaine, là c’est la jungle tout cours", s'amuse Maître Gims en évoquant leur aventure commune, confiant que le plus dur a été de supporter les conditions climatiques. "Quand il pleut, tu ne peux pas dormir", assure-t-il.

Ce défi, les deux hommes l'ont finalement fait pour deux raisons: connaître leurs limites et se battre pour l'association La chaîne de l'espoir, qui vient en aide à des enfants ne pouvant être soignés dans leur pays d'origine. "Est-ce que je peux le faire sans mon confort? Est-ce que je peux le faire pour une association?". Telles étaient les motivations de Maître Gims et Kendji Girac, qui assurent d'une même voix que cette émission les a "rapprochés". Au point d'ailleurs d'envisager une collaboration artistique prochainement.

"Ca m’a rappelé la chance que j’ai au quotidien"

Alors que retiennent-ils de cette aventure? "Je n'avais pas peur pour mon image, j’espérais juste être à la hauteur, explique l'ancien vainqueur de The Voice. Je me suis rendu compte que je pouvais aller plus loin, que je pouvais survivre en toutes circonstances: tempête, pluie, etc., que je peux me débrouiller et rester 5 jours sans manger". De son côté, Maître Gims reconnaît que l'émission lui a ouvert les yeux sur certaines valeurs.

"Je me suis rendu compte que je n’avais besoin de rien, avoue-t-il. Sur place tu ne penses plus à l’hôtel 5 étoiles, tu cherches juste un abri pour dormir et manger. Je veux rester sur ça. Tu te plains moins. On se rend compte qu'on n'a pas besoin de grand chose. Ca m’a rappelé la chance que j’ai au quotidien. Maintenant, je regarde les gens qui ont moins. C’est ça que je retiens."

Fabien Morin