BFMTV

Annulation de DPDA avec Le Pen: "On n’est pas très content", réagit Pujadas

Le présentateur de Des Paroles et des Actes a déploré jeudi sur BFMTV la décision tardive de Marine Le Pen de ne pas participer à l'émission qui était prévue ce soir, finalement déprogrammée par la chaîne. "C'est dommage pour le débat public", a-t-il regretté.

"Ecoutez, on n’est pas très content non plus", a réagi le présentateur de Des Paroles et des Actes, David Pujadas, après l’annulation du programme prévu ce jeudi soir sur France 2, consécutive au désistement de Marine Le Pen à la dernière minute.

Dénonçant une "mascarade" après 24 heures de polémique autour de l'émission, la présidente du Front national a annoncé qu’elle n’y participerait finalement pas, trois heures avant la diffusion.

"Elle avait expliqué 14 heures qu’elle serait là. Elle l’a aussi dit sur les antennes d’une radio. Marine Le Pen a changé d’avis dans le cours de l’après-midi alors que rien n’avait changé en revanche pour l’émission", a-t-il pointé du doigt sur BFMTV. "C'est sa décision, on la regrette pour nos téléspectateurs. On annule faute de combattant ou plutôt de combattante", a déploré David Pujadas au micro de Ruth Elkrief.

Faut-il voir un coup politique dans la décision de la leader frontiste de ne pas débattre? "C’est souvent la stratégie de Marine Le Pen de jouer un peu elle contre le 'système'. Peut-être que ça fait partie de sa stratégie, je n’en sais rien", a estimé David Pujadas, jugeant ce choix "dommage pour le débat public".

"Nous ne cédons à aucune pression"

Sévèrement critiqué par Marine Le Pen dans son communiqué, David Pujadas s’est en revanche défendu d’avoir fait le jeu du système 'UMPS' (du nom de la collusion supposée de l'UMP et du PS) dénoncé par le FN, en invitant au dernier moment deux des adversaires de la candidate pour les élections régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. 

"Que ce soit clair: il a été demandé la déprogrammation de cette émission. Nous ne cédons à aucune pression. Nous avons décidé de maintenir cette émission, et de la maintenir intégralement”, a-t-il expliqué.

"Nous avons décidé de tenir compte de la recommandation du CSA et d’ajouter un élément à cette émission (...)", a-t-il fait valoir. "Une émission n'est jamais bouclée jusqu'au dernier moment. Là, cette recommandation du CSA, nous l’avons considérée. Nous avons aussi entendu les confrères et nous nous sommes dit que c'était bien d'ajouter cette dimension régionale à une émission qui était nationale", a-t-il dit.

V.R.