BFMTV

Un mois après son discours historique, Elisabeth II s'adressera aux Britanniques le 8 mai

La reine d'Angleterre, Elizabeth II

La reine d'Angleterre, Elizabeth II - Capture d'écran BBC

La reine fera le 8 mai sa deuxième allocution pendant la pandémie de coronavirus pour marquer le 75e anniversaire de la capitulation de l'Allemagne nazie.

La reine Elisabeth II s'adressera aux Britanniques pour marquer le 75e anniversaire de la capitulation de l'Allemagne nazie le 8 mai 1945, sa deuxième allocution pendant la pandémie de coronavirus, a annoncé le gouvernement mercredi.

"Pour marquer cet événement historique, Sa Majesté la reine adressera un message à la Nation à 21H00 (20H00 GMT) sur BBC One, l'heure exacte où son père le roi George VI s'était exprimé à la radio en 1945", indique un communiqué du gouvernement.

Après la diffusion de ce message préenregistré, la population est invitée à entonner We'll meet again, célèbre chanson de la Britannique Vera Lynn destinée à remonter le moral des troupes.

Elisabeth II lui avait emprunté cette formule lors d'un discours prononcé le 5 avril dans lequel la souveraine s'était efforcée d'insuffler de l'espoir aux Britanniques soumis au confinement:

"Des jours meilleurs viendront: nous retrouverons nos amis, nous retrouverons nos familles, nous nous retrouverons de nouveau", avait déclaré la monarque.

Des célébrations confinées

Outre ce discours de la reine, son fils le prince Charles lira un extrait du journal du roi George VI datant du 8 mai 1945. Les commémorations débuteront à 11 heures par un moment de recueillement national et deux minutes de silence observées.

En raison de la pandémie, plusieurs événements tels que des fêtes de rues, une procession de vétérans, ou la diffusion dans des lieux publics du discours de victoire de Winston Churchill ont dû être annulés.

A la place, le gouvernement encourage la population, confinée depuis le 23 mars, à célébrer l'événement à la maison, en leur proposant des idées de jeux, de recettes de cuisine et d'activités à faire.

J.L. avec AFP