BFMTV

Prince Harry: "Y-a-t-il quelqu'un au sein de la famille royale qui veuille devenir roi? Je ne crois pas"

La famille royale le 17 juin 2017, lors du salut aux couleurs.

La famille royale le 17 juin 2017, lors du salut aux couleurs. - Chris J. Ratcliffe - AFP

Dans une interview accordée à Newsweek, le prince Harry évoque avec franchise l'avenir de la monarchie britannique et les funérailles de la princesse Diana.

Il s'est longtemps tu. Mais cette période de réserve est terminée pour le prince Harry qui ne rate plus une occasion de s'exprimer franchement dans les médias. Il confie ainsi, dans une longue interview au magazine Newsweek, ce qu'il pense de la monarchie et de la succession de la reine.

"Nous sommes impliqués dans la modernisation de la monarchie britannique. Nous ne faisons pas cela pour nous mais pour l'intérêt supérieur du peuple. Y a-t-il quiconque au sein de la famille royale qui veuille devenir roi ou reine? Je ne crois pas, mais nous ferons notre devoir le moment voulu".

Jeunesse difficile

Le prince Harry, âgé de 32 ans, est cinquième dans l'ordre d'accession au trône, après son père le prince Charles, son frère William et ses neveux George et Charlotte. Après une jeunesse difficile et quelques frasques remarquées, le prince Harry est rentré dans le rang. "La monarchie est dans l'intérêt de tous, assure-t-il ainsi. Et nous voulons continuer dans l'atmosphère positive que la reine a réussi à insuffler depuis 60 ans, mais nous n'essaierons pas de la remplacer".

Harry est aujourd'hui impliqué dans la défense de plusieurs causes. Il souhaite notamment poursuivre le travail humanitaire entrepris par sa mère, la princesse Diana. "Intuitivement, je sais ce que ma mère voudrait que je fasse et je veux poursuivre la tache qu'elle n'a pu mener à terme".

"Je ne crois pas qu'on devrait demander cela à aucun enfant"

Le jeune prince revient également sur le traumatisme qu'a causé la mort de sa mère, il y a 20 ans. Il revient notamment sur les funérailles de sa mère, auxquelles il a assisté aux côtés de son frère William, alors âgé de 15 ans, sans pouvoir verser une larme.

"Ma mère venait de mourir, se souvient-il, et il a fallu que je parcoure une longue distance derrière son cercueil, entourés de milliers de gens me regardant, et quelques autres millions devant leur télévision. Je ne crois pas qu'on devrait demander cela à aucun enfant, dans quelque circonstance que ce soit. Je ne pense pas que cela se produirait aujourd'hui".

En avril dernier, déjà, il s'était confié sur la période de "chaos total" qui a suivi la mort de Diana et l'état de dépression dans lequel il a vécu. Et sur les bienfaits de la parole pour exprimer ses émotions après une longue période de "politique de l'autruche". Le prince Harry, ainsi que Kate et William, sont aujourd'hui très impliqués dans des campagnes visant à mettre fin à la stigmatisation de la santé mentale.
Magali Rangin