BFMTV

Comment Meghan Markle va bousculer les codes de la maternité de la famille royale

Bientôt maman, l'épouse du prince Harry va multiplier les entorses au protocole imposé par Buckingham.

La naissance de l'enfant de Meghan Markle et du prince Harry est imminente. Toujours aucune annonce officielle de la part de la famille royale, alors que les spécialistes prédisaient une naissance à la fin du mois d'avril.

Si l'on ignore encore quand le bébé du couple princier pointera le bout de son nez, on sait déjà que la future maman fera les choses à sa façon. En dépit des traditions royales. 

Accouchement at home

Première entorse au protocole: la duchesse de Sussex a décidé de d'accoucher à domicile. Une pratique de plus en plus répandue aux États-Unis, dont elle est originaire, et qui fait beaucoup parler en Angleterre. Pour Ingrid Seward, rédactrice en chef de Majesty Magazine, la rencontre des cultures américaines et britanniques que représente le couple plaît des deux côtés de l'Atlantique:

"Beaucoup de parents américains apprécient la manière dont les Anglais élèvent leurs enfants. Ils aiment l'idée d'une nounou, l'idée que les moeurs soient très importantes et que les traditions soient toujours très présentes", estime-t-elle.

Bientôt un déménagement en Afrique? 

En plus du lieu de l'accouchement, la duchesse de Sussex a annoncé qu'elle ne poserait pas pour une photo avec son bébé juste après la naissance, comme l'avait fait sa belle-soeur Kate pour la naissance de ses trois enfants. 

"Avec sa nationalité américaine, Meghan Markle n'attire pas simplement l'attention des britanniques mais du monde entier", décrypte Erin Hill, journaliste à People Magazine. "À tel point que le couple a décidé de déménager à 25 km de Londres pour se préserver."

Plusieurs tabloïds britanniques rapportent que le jeune couple envisagerait de partir vivre en Afrique après la naissance du bébé. Une manière de faciliter la nouvelle mission de Harry au poste d'ambassadeur de la jeunesse du Commonwealth. Le jeune père pourrait également prendre un congé paternité. 

Guillaume Barki avec Benjamin Pierret