BFMTV

Bafta: Kate Middleton n'a pas porté de robe noire contre les abus sexuels

Kate Middleton et le prince William aux Bafta le 18 février, à Londres

Kate Middleton et le prince William aux Bafta le 18 février, à Londres - Chris Jackson - PooL - AFP

Alors que de nombreuses invitées se sont mobilisées contre les abus sexuels en portant du noir, la duchesse de Cambridge, elle, s'est rangée du côté du protocole. Un choix qui a rencontré de vives critiques.

Les médias britanniques avaient prédit "un champ de mines diplomatique" et "un dilemme plus délicat que jamais" pour Kate Middleton. Dimanche soir, l'épouse du prince William était invitée aux Bafta, récompenses britanniques du cinéma qui se déroulaient à Londres. Pour l'occasion, de nombreuses stars telles que Angelina Jolie, Salma Hayek ou encore Margot Robbie se sont présentées vêtues de noir, répondant ainsi à l'appel lancé dans le cadre de la campagne Time's Up contre les violences sexuelles. Une prise de position à laquelle n'a pas participé la duchesse de Cambridge.

Tenue par son rang et le protocole, la mère de George et Charlotte est arrivée dans une longue robe vert sapin au côté de son époux le prince William. C'est que dans la famille royale, les femmes ne sont jamais entièrement vêtues de noir, sauf si elles portent le deuil. De plus, la monarchie évite de participer aux protestations publiques.

Kate Middleton et le prince William aux Bafta le 18 février, à Londres
Kate Middleton et le prince William aux Bafta le 18 février, à Londres © Chris Jackson - PooL - AFP

Des internautes en colère

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses internautes ont fait part de leur déception face à ce choix, pointant du doigt que la jeune femme de 36 ans avait, dans le passé, déjà porté du noir dans d'autres circonstances que celles imposées par l'étiquette.

En parallèle, d'autres ont émis l'hypothèse que la pochette et la ceinture noires portées par Kate Middleton étaient une manière subtile de témoigner son engagement. Interrogé par plusieurs médias britanniques dont le DailyMail sur ce sujet, Kensington Palace s'est refusé à tout commentaire. 

"Eradiquer les abus dont sont victimes les femmes"

La question du harcèlement sexuel, qui a ébranlé l'industrie du cinéma ces derniers mois avec la révélation de plusieurs abusifs, a été abordée dès les premières minutes de la soirée.

"Notre industrie a traversé une année difficile. De courageuses révélations de harcèlement et d'abus sexuels se sont succédées", a reconnu Jane Lush, la directrice de l'Académie, dans son discours d'ouverture. Elle a espéré que la mobilisation actuelle, et la publication récente d'une charte, serait un "catalyseur pour un changement durable".

La maîtresse de cérémonie, l'actrice Joanna Lumley, a elle fait le rapprochement entre le combat mené par les Suffragettes il y a un siècle pour obtenir le droit de vote, et la campagne "Time's Up", y voyant la même "détermination pour éradiquer les abus dont sont victimes les femmes".

Dans la journée, près de 200 femmes, parmi lesquelles Keira Knightley, Naomie Harris ou Jodie Whittaker, avaient publié une tribune et lancé un fonds visant à financer des campagnes d'information et soutenir des actions en justice contre les comportements de harcèlement.

"Dans un passé récent, nous vivions dans un monde où le harcèlement sexuel constituait (...) un aspect inévitable et pénible de la vie d'une femme", écrivent-elles. "On ne pouvait pas en parler. Mais en 2018, nous nous réveillons dans un monde prêt pour le changement".
Nawal Bonnefoy avec AFP