BFMTV

Steven Universe: la série animée qui déconstruit les stéréotypes de genre

Steven Universe: The Movie

Steven Universe: The Movie - Cartoon Network

Steven Universe est une des rares séries destinées à la jeunesse à mettre en avant la communauté LGBT+. Sa créatrice Rebecca Sugar en retrace l’histoire à l’occasion de la diffusion du film dérivé ce dimanche 27 octobre à 12h30 sur Cartoon Network.

Depuis 2013, Steven Universe de Rebecca Sugar détonne parmi les programmes destinés à la jeunesse. L’ambition de cette série animée où trois extraterrestres humanoïdes, les Gemmes de Cristal, défendent la Terre avec un petit garçon prénommé Steven Universe est unique en son genre. Acclamée par la presse, c'est en effet la première série animée jeunesse et grand public à évoquer frontalement des thématiques LGBT+.

Les personnages

Steven Universe ne ressemble à aucun autre héros. Il est un peu enrobé et sensible. Porter une robe ou pleurer ne l’embarrasse pas. Ses pouvoirs ne sont pas offensifs mais défensifs, loin des montagnes de muscles de Marvel. Contrairement à Captain America, Steven se protège avec un bouclier rose. Plusieurs personnages attachants l’accompagnent: les Gemmes de Cristal Grenat, Améthyste, Perle, Rubis et Saphir, mais aussi son père, Greg Universe, et sa mère, Rose Quartz, qui est également l'ancienne cheffe des Gemmes de Cristal.

Les personnages sont inspirés par la propre vie de Rebecca Sugar. Steven est ainsi modelé d’après son propre frère, Steven Sugar. Elle-même bisexuelle lors de sa jeunesse, elle ne se reconnaît ni homme ni femme et a créé les Gemmes de cristal pour s'exprimer en tant qu'être non-binaire. Rebecca Sugar s'est aussi inspirée du studio Ghibli, co-créé par Isao Takahata et Hayao Miyazaki:

"Ce que je trouve le plus inspirant dans les œuvres de Ghibli est la précision du jeu des personnages", explique-t-elle à BFMTV. "Leurs actions sont très détaillées et parfaites. Dans Si tu tends l’oreille, mon film préféré, toutes les subtilités des personnages sont très clairement inspirées de personnes réelles, comme lorsque le personnage principal bouge la jambe lorsqu’elle travaille. Ces observations très précises du réel m’inspirent beaucoup lorsque je travaille sur Steven Universe".
Steven Unvierse
Steven Unvierse © Cartoon Network

Une série révolutionnaire

Figure désormais très importante de l’animation américaine, Rebecca Sugar a reçu un Peabody Award et un Glaad Award, du nom de cette cérémonie qui récompense chaque année les œuvres, médias et personnalités pour leur rôle dans la représentation de la communauté LGBT+.

Steven Universe a rencontré en juillet 2018 un grand retentissement en mettant en scène pour la première fois dans un dessin animé pour enfants un mariage entre deux femmes, Rubis et Saphir. L’épisode, intitulé Reunited, a reçu une nomination cette année aux Emmy (mais s'est incliné face à Netflix et Love Death and Robot). Rebecca Sugar a tenté pendant des années de développer cet épisode:

"Quand nous avons introduit dans la série les personnages de Rubis et Saphir, le mariage pour tous n’était pas encore légal aux Etats-Unis. Nous n’étions pas dans une position de dire qu’elles étaient en couple, bien que nous le sachions. Nous mourions d’envie d’en parler", se remémore Rebecca Sugar à BFMTV. "On nous a opposé beaucoup de résistance. Nous devions combattre cette idée que leur relation amoureuse était inappropriée dans un dessin animé pour enfants - ce qui n’est pas le cas: c’est complètement approprié pour des enfants. Et nous avons réussi." 

Une série qui se bat contre la censure

La diffusion de la série dans le monde n'a pas été un long fleuve tranquille. De nombreux pays, comme le Royaume-Uni, ont censuré certains épisodes. Plusieurs scènes et répliques - principalement des sous-entendus sexuels - ont été jugées inappropriées pour les enfants et ont été retirées du montage. La censure de l’épisode We Need To Talk, dans la saison 2, a suscité une grande polémique, notamment parce que les thématiques LGBT+ y avaient été supprimées.

Le film

Malgré les polémiques et les censures, Rebecca Sugar a tenu bon. Et pour Steven Universe, l’histoire continue. Après cinq saisons composées de onze épisode, la série se mue en comédie musicale de 90 minutes, diffusée ce dimanche soir sur Cartoon Network. Parce que la série célèbre le changement, le film se déroule deux ans après les événements racontés dans la cinquième saison.

"Nous voulions que le film puisse avoir une existence propre, tout en étant connecté à la série. Ce changement d’époque, cette introduction à une nouvelle période de la vie de Steven est une manière de s’en assurer. Comme Steven Universe est un récit initiatique, et parce que le film parle du fait que Steven est persuadé d’avoir fini de grandir, l’avoir un peu plus âgé permet de s’amuser avec cette idée en soulignant justement qu’il lui reste encore des choses à apprendre et qu’il n’a pas fini de grandir."

Rebecca Sugar a commencé à réfléchir au film en 2015, alors qu’elle était en train de terminer l’arc principal de la série:

"Ce qui est génial avec Steven Universe, c’est que nous nous inspirons sans cesse de ce qui nous arrive dans nos vies. L’idée du film est apparue comme un défi intéressant - le plus grand depuis le début de la série. Et c’est devenu le sujet du film: avoir l’impression d’avoir terminé quelque chose et d’être ensuite confronté à notre plus grand défi."

Parmi ses références, Rebecca Sugar cite West Side Story, la revue japonaise Takarazuka (composée uniquement de femmes non mariées) et Victor Victoria, célèbre comédie musicale de Blake Edwards questionnant le genre.

Un symbole

Avec Steven Universe, Rebecca Sugar veut retranscrire le plus précisément possible la jeunesse d'un enfant queer: "Quand j’ai commencé cette série, mon objectif était de retranscrire d’une manière authentique mon expérience de grandir avec mon frère aîné", confie-t-elle à BFMTV. 

"Plus vous retranscrivez une expérience réelle, plus vous capturez quelque chose que vous n’avez jamais vu auparavant", disait-elle au New York Times en septembre.

"Je crois profondément en cela", confirme-t-elle, un mois plus tard, à BFMTV. "Chacun est différent. Si vous puisez dans votre expérience personnelle, vous pourrez raconter une histoire que personne n’a jamais entendu avant, parce que personne n’a vécu votre vie".
Rebecca Sugar au Comic-Con de New York en octobre 2019
Rebecca Sugar au Comic-Con de New York en octobre 2019 © Bryan Bedder - Getty Images North America - AFP

La communauté LGBT+ est peu représentée dans le cinéma et les séries d’animation. Rebecca Sugar a conscience de l’importance de cette série régulièrement sacrée programme le plus queer de la télévision américaine:

"Je sens sans cesse la pression d’être authentique, parce que c’est mon objectif. Je m’assure aussi que les membres de mon équipe se sentent tous libres de pouvoir parler de leur jeunesse. Il y a beaucoup de personnes LGBT+ dans mon équipe et je fais tout pour qu’elles ne se sentent pas invisibilisées, pour qu’elles puissent parler de la manière dont elles ont grandi."
Jérôme Lachasse