BFMTV

Quand Thierry Lhermitte poste de fausses citations sur Facebook "pour voir le nombre d'abrutis qui vont liker"

Thierry Lhermitte à Deauville en 2014

Thierry Lhermitte à Deauville en 2014 - Charly Triballeau - AFP

Adepte des nouvelles technologies depuis toujours, l'acteur français de 63 ans maîtrise parfaitement l'usage des réseaux sociaux et d'Internet. Et il n'hésite pas non plus à s'amuser de leurs travers.

Acteur français connu notamment du grand public pour ses rôles cultes dans les films avec la troupe du Splendid, Thierry Lhermitte est un homme à multiples facettes. La comédie n'est pas la seule passion de l'inoubliable Popeye. Celui qui remontera sur les planches à la rentrée dans la pièce Le syndrome de l'écossais est un mordu d'informatique, de sciences et de nouvelles technologies. Internet n'a aucun secret pour celui qui fut propriétaire d'un Amstrad dans les années 1980. Les réseaux sociaux non plus.

Dans un entretien accordé au Point, le comédien, vu récemment au cinéma dans La Nouvelle Vie de Paul Sneijder et Nos femmes, confie: "Internet, c'est super, mais c'est aussi une perte de temps car tellement addictif! Twitter, c'est le café du commerce à grande échelle. Je regarde mon profil Facebook 25 fois par jour en me demandant quelle nouvelle connerie je vais y trouver. En plus, comme je fais du cheval, j'ai accepté plein de gens de plein de milieux différents. Mais il y a des monstres et des racistes!"

"Mes enfants n'ont pas 'liké', j'étais très fier d'eux"

Concernant les réseaux sociaux, l'acteur de 63 ans se montre sans concession: "C'est un bon truc sociologique pour juger de l'état de l'opinion, mais là c'est carrément angoissant." Et d'ajouter: "En revanche, ce que j'aime bien faire sur Facebook, c'est poster de fausses citations, juste pour voir le nombre d'abrutis qui vont liker. J'ai ainsi mis une photo de Nietzsche et j'ai écris dessous: ' Bois ce que tu crois, mange ce que tu espères.'"

Amusé par le succès de ses plaisanteries, Thierry Lhermitte poursuit: "Celle qui a le mieux marché, c'est un faux Voltaire: 'Ne jugez pas ce que l'avenir a condamné, le passé pourrait bien vous en absoudre.' Évidemment, ça ne veut rien dire. Heureusement, mes enfants n'ont pas 'liké'." "J'ai été très fier d'eux, conclut-il en riant. 

Fabien Morin