BFMTV

"Plus qu'une fin de carrière, c'est une fin de vie": Alain Delon fond en larmes à Cannes

Alain Delon recevant la Palme d'honneur à Cannes, dimanche 19 mai 2019.

Alain Delon recevant la Palme d'honneur à Cannes, dimanche 19 mai 2019. - Valéry Hache - AFP

Devant une salle comble, le monstre sacré du cinéma a livré un discours bouleversant dans lequel il a remercié le public et fait ses adieux.

"Ce soir, c'est un hommage posthume mais de mon vivant." Dimanche soir, Alain Delon, 83 ans, s'est vu remettre par sa fille Anouchka Delon une Palme d'or d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. Devant une salle comble, le monstre sacré du cinéma a livré un discours bouleversant, dans lequel il a remercié le public et a fait ses adieux. 

"Ce soir, pour moi plus qu'une fin de carrière, je pense que c'est une fin de vie. Ce soir, c'est un peu un hommage posthume mais de mon vivant", a-t-il déclaré, les larmes aux yeux. 

"Quand j’ai commencé ce métier, on m’a dit: 'Il y a une chose qui n'est pas difficile, c'est de commencer dans le métier que tu veux faire. Ce qui est très difficile, c’est de durer'. Et j'ai duré. J’ai duré 62 ans. Maintenant je sais que ce qui est difficile, c’est de partir. Parce que je vais partir."

"Si je suis une star, c'est au public que je le dois"

Avant de quitter la scène, Alain Delon ajoute, la voix affaiblie par l'émotion: "Je ne partirai pas sans vous le dire et sans vous remercier [...] Paraît-il que je suis une star. Si je suis une star, c'est au public que je le dois et à personne d'autre. Ce n’est pas les films qui font les stars, ce n’est pas les metteurs en scène, ce n’est que le public au cours des années [...] Je vous remercie de tout mon cœur, infiniment." 

Ovationné par une foule qui comptait le ministre de Culture Franck Riester, le président du Festival Pierre Lescure et son délégué général Thierry Frémaux, Alain Delon s'est emparé une dernière fois du micro pour rendre hommage aux deux femmes de sa vie: "Avant de partir, je voudrais simplement vous dire que je pense à Mireille [Darc] et à Romy [Schneider]".

Jérôme Lachasse