BFMTV

Toujours confiné, Louis Bertignac annonce un marathon rock sur Facebook le 21 juin

Louis Bertignac, le 10 septembre 2014, chez lui

Louis Bertignac, le 10 septembre 2014, chez lui - Stéphane de Sakutin - AFP

L'ancien membre de Téléphone annonce une prestation en live sur Facebook pour la Fête de la musique, qui s'étendra du 21 juin jusqu'au lendemain.

"Il y aura du Bertignac, du Téléphone, des Stones, Beatles, etc": marathon rock en vue pour Louis Bertignac pour la fête de la musique, sur sa page Facebook, "du 21 juin à 16 heures jusqu'au lendemain", comme il l'annonce à l'AFP. 

"J'ai fait des lives sur ma page Facebook pendant le confinement, et c'est vachement bien, j'arrive à avoir un super son, je m'éclate, ça m'a aidé à supporter tout ça et les gens sont hyper-contents, se sont accrochés, avec parfois 100.000 vues, et donc j'ai eu cette idée pour la fête de la musique de faire ce marathon", explique à l'AFP l'ex-guitariste de Téléphone.

Confinement prolongé

À 66 ans, il continue le confinement sur recommandation de son médecin en raison de "fragilités de santé":

"Là, je vais me mettre vraiment au repos pour me préparer car j'ai un début de tendinite avec tous ces lives (rires)", poursuit-il. "Le 21 juin, à partir de 16 heures, jusqu'au lendemain, il y aura du Bertignac, du Téléphone, mais aussi des reprises car sinon je ne tiendrai pas (rires), donc des Stones, des Beatles, du Dylan, du Cat Stevens, Otis Redding, etc. Les gens pourront demander ce qu'ils veulent, si je connais je fais".

Un morceau déjà dévoilé

"J'ai toujours fait ça, au début je faisais ça dans les soirées pour épater les meufs, et je jouais toute la nuit, résultat c'étaient mes copains qui emballaient les filles (rires), maintenant ça va mieux, j'ai une famille (rires)", ajoute celui qui avait redonné vie à Téléphone sous le nom des Insus avec Jean-Louis Aubert et Richard Kolinka.

Le 21 juin, on peut donc s'attendre notamment à Gimme Shelter des Rolling Stones, un des morceaux à l'origine de sa vocation. "Comme je suis timide, je ne me suis pas dit 'c'est ça que je veux faire', mais c'était un de mes rêves", raconte-t-il. "Après il y a eu des 'occases', Higelin m'a pris sous son aile, puis Téléphone a marché".

B.P., avec AFP