BFMTV

Pour Eddy Mitchell, écrire sur les attentats n’est pas "de très bon goût"

Eddy Mitchell en mars 2016

Eddy Mitchell en mars 2016 - BFMTV

Le chanteur français, qui s’est confié à BFMTV au sujet de son retour sur scène et de son 36e album, a évoqué à demi-mots les attentats de Paris.

Il avait dit au revoir à la scène et pourtant, il est de retour. Eddy Mitchell, dont le dernier album Big Band est sorti dans les bacs le 23 octobre dernier, donnera une série de concerts au Palais des Sports de Paris à partir du 15 mars prochain.

"J’avais décidé de ne plus faire de scène en tournée, en province", a expliqué à 7 Jours BFM le chanteur qui se dit lassé des trajets tout autour de l’Hexagone. 

"50 ans sur les routes, ça va. A un moment, on a envie de se poser. La route, les avions, les trains, les bagnoles, les hôtels… y’en a marre." 

Mais lorsque la possibilité de se produire dans la capitale lui a été proposée, il n’a pas hésité. "Je me suis que c’était un peu idiot de pas faire de la scène avec un disque pareil", déclare-t-il à BFMTV. 

Pleurer et avoir des regrets

Contrairement à d’autres artistes tels que Johnny Hallyday et Renaud, Eddy Mitchell se fait très discret lorsqu’il s’agit de parler politique et actualité.

Lorsqu'il se remémore les attentats de Paris, l’interprète de Couleur menthe à l'eau explique à BFMTV avoir été sous le choc. Hors de question pour lui, toutefois, d’écrire un morceau ou de réagir sur la question.

"Faut vraiment savoir les choses, il faut vraiment connaitre. On ne peut que pleurer et avoir des regrets. Ecrire là-dessus, je ne trouve pas ça de très bon goût", explique-t-il.

"On est tous concernés par l’actualité, on a tous des réactions, bonnes ou mauvaises, parfois même dangereuses. Je n’irai pas jusqu’à parler comme Trump qui veut qu’on soit tous armés, c’est ridicule. Y’a des moments où on a envie d’être violent, puis faut se calmer", ajoute-t-il. 

21 musiciens à ses côtés

Histoire d’en mettre plein la vue à ses fans à qui il souhaite donner "la banane", Eddy Mitchell a vu grand pour ses concerts à venir: pas moins de 21 musiciens l’accompagneront sur scène. Une véritable organisation.

"Il faut revoir toutes les chansons, refaire les arrangements… C’est beaucoup de travail, mais on s’y est pris bien à l’avance", a-t-il dit.

Son moteur après toutes ces années dans la musique? "Tout me fait avancer. Le jour qui se lève, une fille qui passe dans la rue, un ami qui vous appelle… la vie", conclut-il.

N.B.