BFMTV

Les secrets des tubes: "J'ai dix ans" d'Alain Souchon

Chaque week-end de l'été, Philippe Dufreigne vous raconte les secrets de fabrication et l’histoire méconnue des tubes que vous connaissez tous. Aujourd'hui, J'ai dix ans, d'Alain Souchon.

1974, un grand enfant débarque dans le monde de la chanson. Sur la pointe des pieds. Alain Souchon est timide pour ses premiers pas dans ce qu’il appelle "la grande cour des chanteurs". Et dans cet univers de la variété, il doit se démarquer.

"La cour des chanteurs, c'était Mike Brant, Johnny Hallyday, Joe Dassin, c'était ça, se souvient Souchon. Et moi j'arrivais, un peu fluet, et je me suis dit que c'était malicieux d'affirmer le fait d'être fluet, de dire 'moi j'ai dix ans, voilà, je fais l'enfant'".

D’abord, il y a cette écriture, autour du thème de l’enfance. Mais il faut aussi se démarquer musicalement. Bob Soquet, son directeur artistique, décide de lui présenter un jeune compositeur, un certain Laurent Voulzy.

"Il a dû les trouver grotesques"

"Il faut que tu aies des arrangements qui ne soient pas faits par les gens qu'on entend tout le temps, lui dit-il. Il y en a un là, qui est très bon musicien, il a besoin de gagner sa vie, il va faire ça très bien. On est parti chez Laurent à Nogent. Je lui ai montré mes chansons. Je sais maintenant qu'il a dû les trouver grotesques. Mais il n'en a rien dit, par élégance, il a dit 'bon, on va travailler dessus'."

Souchon poursuit: "J'ai une idée, regarde, 'j'ai dix ans, je sais que c'est pas vrai', enfin je ne sais plus l'air que j'avais fait, un air idiot, et lui m'a dit 'c'est bien ton idée de j'ai dix ans' et il a pris un Bottin et puis il a 'tchap tatoum tatoum tchap'... et puis c'est parti comme ça".

C’est parti. Et pour longtemps. L’album confectionné avec Laurent a les faveurs du public. Au grand étonnement de son auteur.

Un incontournable

J’ai dix ans est encore aujourd’hui un incontournable des tournées d’Alain Souchon. Interprété pour le plus grand bonheur du public.

"On a eu du succès. On se disait 'ça ne marche jamais d'habitude... Puis là on fait un truc ensemble... Alors après on a fait Chuis bidon, tac on a du du succès, on a fait D'la rumba dans l'air, tac..."
Philippe Dufreigne