BFMTV

Les artistes qui ont joué en direct sur Internet pendant le confinement seront rémunérés par la Sacem

Le logo de la Sacem

Le logo de la Sacem - Jean-Pierre Muller - AFP

La Société des droits d'auteurs annonce une mesure exceptionnelle qui permettra de rémunérer les nombreux artistes qui ont donné des concerts confinés ces dernières semaines.

Ils ont été nombreux, les artistes qui ont décidé de se produire sur les réseaux sociaux pendant le confinement. Ces concerts en direct, mis en place pour accompagner leurs fans cloîtrés chez eux, seront rémunérés. La Sacem l'a annoncé en fin de semaine dernière, comme le rapporte France Inter

La Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique régit la rémunération de artistes musicaux français. Comme l'explique Cécile Rap-Veber, cadre de la Sacem, à la radio, la société avait déjà des accords avec Google et Facebook pour récolter les droits d'auteurs sur la diffusion de morceaux enregistrés. "La seule problématique, c'est que ces géants du web n’ont pas d'outils qui permettent de reconnaître des live."

"Rémunération exceptionnelle"

La Sacem a donc mis en place une "rémunération exceptionnelle de droits d’auteurs spécialement adaptée à la diffusion des livestreams". Elle va collecter les droits habituellement versés par Google et Facebook pour les enregistrements musicaux, puis "prendre une partie de cet argent pour aussi rémunérer ces lives".

France Inter détaille: une prestation d'une chanson en direct sur Internet sera rémunérée au moins 10 euros, les directs de moins de 20 minutes 46,35 euros, et enfin ceux de plus de 20 minutes 76 euros. Chaque vue du live, replays compris, équivaudra à 0,001 euro supplémentaire. Les artistes qui se sont produits sur Internet depuis le 15 mars devront déclarer ces live à partir du 1er juin. Ils seront rémunérés en 2021. 

Les musiciens ont fait partie des premiers touchés par les mesures mises en place pour enrayer l'épidémie de coronavirus, avec l'annulation de nombreux concerts avant le confinement. Matthieu Chédid, Jean-Louis Aubert ou encore Patrick Bruel ont été de ceux qui se sont rabattus sur les réseaux sociaux pour jouer des morceaux à leur public. 

Benjamin Pierret