BFMTV

Le Printemps de Bourges, dématérialisé mais au rendez-vous

Contraint de se réinventer pour exister malgré la pandémie, le Printemps de Bourges commence ce mardi, sous une forme inédite.

Le printemps de Bourges, premier grand festival de la saison, devait ouvrir ses portes ce mardi 21 avril. Covid oblige, il se déroule cette année... en ligne, sur le site officiel du festival et sur les réseaux sociaux. A l'appel des organisateurs, les artistes qui devaient s'y produire vont donc fournir des prestations inédites. 

Mais Boris Vedel, le directeur du Printemps, ne voulait pas " faire un festival de lives confinés comme il y en a déjà eu", selon ses mots dans le Parisien. Aussi, les artistes ont-ils eu carte blanche pour leur spectacle. A eux de proposer ce qu'ils souhaitent, que ce soit un concert enregistré depuis chez eux, face à leur caméra, ou un concert donné dans une salle, avant le confinement, ou tout autre chose. "C'est toute une somme de contenus au format très court, généralement quelques minutes, qui seront ensuite diffusés sur les réseaux sociaux", explique Boris Vedel à RMC.

"Face à ma caméra, je m'imaginais être devant les gens"

Catherine Ringer offre ainsi un concert enregistré à la Philharmonie, Pomme propose des images en coulisses de ses spectacles. Aloïse Sauvage s'est filmée chez elle. Au programme, donc, des vidéos qui fleurent bon l'authenticité et les moyens du bord.

"Je l'ai fait avec mon ordinateur et mon logiciel de MAO, musique assistée par ordinateur et avec mes écouteurs d'iPhone, donc effectivement, c'est fait maison", sourit ainsi Aloïse Sauvage. "J'étais dans ma chambre et face à ma caméra, je m'imaginais être devant les gens".

"Contribuer pour que ça continue"

Ces contraintes n'empêchent pas la création, et une autre forme de partage avec le public, comme le souligne Yael Naim.

"Je trouve que c'est quand même un format intéressant, parce que ça donne autre chose, on est chez nous, dans une forme d'intimité et ça permet de créer autre chose".

Les deux-tiers des artistes programmés au festival ont répondu présent, ils seront donc plus d'une centaine, comme l'explique Boris Vedel.

"Le Printemps de Bourges, c'est un festival qui fait aussi place aux jeunes artistes, à la découverte, souligne au micro de BFMTV Guizmo du groupe Tryo. Donc pour des groupes comme nous, qui sommes aussi passés par là c'est important de pouvoir contribuer à ce que ça continue".

Et si les artistes sont invités à participer à ce festival d'un nouveau genre, "les journalistes, les festivaliers, les équipes" sont aussi encouragés à faire vivre ce "printemps imaginaire", en attendant une édition 2021 moins confinée. 

Magali Rangin avec Philippe Dufreigne