BFMTV
Musique

La Philharmonie cherche à acquérir le plus ancien violoncelle du monde

La Philharmonie cherche à acquérir un violoncelle considéré comme le premier de l'histoire.

La Philharmonie cherche à acquérir un violoncelle considéré comme le premier de l'histoire. - Kenzo Tribouillard - AFP

La Philharmonie de Paris a lancé un appel aux dons pour acquérir un instrument considéré comme le plus ancien et le premier violoncelle créé. Ce violoncelle historique serait ensuite exposé au sein du Musée de la musique.

C'est un véritable trésor que cherche à acquérir la Philharmonie de Paris. Jusqu'au 20 novembre la salle de spectacle située à la Villette a lancé un appel aux dons pour pouvoir acheter le violoncelle Amati. Cet chef d'oeuvre de lutherie créé en 1572 est considéré comme le tout premier violoncelle au monde.

Le violoncelle Amati, miraculeusement épargné par le temps est actuellement détenu au sein d'une collection privée qui cherche à le vendre. Preuve de la valeur du violoncelle Amati, l'Etat a décidé de le classer trésor national.

"C'est le premier instrument de musique depuis dix ans à être ainsi reconnu comme oeuvre d'intérêt majeur pour le patrimoine français", explique la Philharmonie. 

Pour compléter la dotation de l'Etat, la salle de spectacle souhaite réunir au moins 50.000 euros. A ce jour, près de la moitié de la somme a été rassemblée. Les dons, à partir de 20 euros, peuvent être réalisés en ligne sur le site de la Philharmonie.

Précurseur de Stradivarius

Cet instrument a vu le jour dans les ateliers du luthier Andrea Amati. Ce luthier est le fondateur de l'école Crémone d'où est issu Antoni Stradivari, connu pour ses fameux violons Stradivarius qui ont aussi traversé les siècles.

L'instrument d'Amati a eu pour première demeure la cour de Charles IX, roi de France et fils de Catherine de Médicis. Le violoncelle porte d'ailleurs encore les peintures, armes et devises du roi. 

La Philharmonie est en mesure de se porter acquéreur en priorité du violoncelle, ce qui permettrait à l'instrument de rester sur le territoire français. Si la Philharmonie parvient à l'acquérir, il rejoindrait les collections du Musée de la musique où il serait exposé pour la toute première fois de son histoire. 

Carole Blanchard