BFMTV

"Double papa": Aldebert et Calogero chantent l'homoparentalité

Aldebert, l'idole des minots, sort ce vendredi un nouveau single, "Double papa", extrait de son prochain album attendu le 27 août. Il interprète cette jolie ode à l'homoparentalité, en duo avec Calogero.

Aldebert, star de la chanson pour enfants, s'est associé le temps d'un duo avec Calogero pour Double papa, chanson sensible sur l'homoparentalité. Un titre étrenné en décembre 2020 sur France Inter.

"Il était une fois le fruit d'un amour hors-pair", entonne Aldebert, qui jongle dans son single avec les mots et les sonorités "père/pair/paire" et glisse un message de tolérance.

"C'est vraiment une joie de partager ce duo avec Guillaume (prénom d'Aldebert), c'est une chanson qui a vraiment du sens, intelligente, universelle", se réjouit auprès de l'AFP Calogero.

Ce titre sort ce vendredi, amorce d'un week-end de fête des... pères. La chanson est née "d'une rencontre d'un couple qui est devenu un couple de potes; ma femme est médecin et un des médecins qui bosse avec elle est un des deux papas de la chanson", raconte à l'AFP Aldebert, vêtu ce jour-là d'un t-shirt d'un groupe de metal, ses premières amours musicales.

"Une très belle aventure"

"Ils m'ont raconté leur histoire, ils ont une fille, la maman biologique est aux USA - la GPA (Gestation pour autrui) a été choisie -? c'est une très belle aventure", poursuit-il d'un accent franc-comtois (il vit près de Besançon) qui disparaît quand il chante.

Evidemment, "à un moment donné, le voyant chanson s'est allumé, confie l'auteur-compositeur. Le sujet est joli mais reste assez délicat, encore plus avec les enfants: comment en parler avec eux ?".

Comme à son habitude, le quadragénaire a trouvé la formule: "Il faut en parler très simplement, sans entrer dans quelque chose de militant, en parlant de l'universalité de la famille, ce qu'illustre le clip (qui sort aussi ce vendredi) avec des familles homoparentale, monoparentale, hétéro, etc". Les voix d'Aldebert et Calogero s'accordent idéalement et le titre pourrait avoir une audience plus large que le seul jeune public.

Double Papa vient en éclaireur d'un nouvel album d'Aldebert, Enfantillages 4 prévu le 27 août (chez Sony). Comme pour les autres volumes (le premier date de 2008) de ces disques à succès, des invités prestigieux viennent poser leur voix.

"C'est la chanson qui propose un invité, qui fait penser musicalement à un univers, assez naturellement pour celle-là on a pensé à Calogero", décrit-il.

"Ca touche les enfants"

A peine contacté, ce dernier a tout de suite répondu. "Mes deux premiers enfants - maintenant j'en ai quatre - ont grandi avec Enfantillages 1, les deux autres avec le 2 et le 3, c'est comme ça que j'ai connu Guillaume, par ses chansons", relate l'interprète de Face à la mer.

"J'aime son talent, ses chansons sont belles, il les chante bien, ça touche les enfants, ce n'est pas donné à tout le monde, c'est un chouette mec", ajoute-t-il. Et pour la petite histoire, c'est Nina, fille aînée de Calogero, qu'on entend aussi sur le morceau.

Il y a d'autres surprises dans l'album à venir. Aldebert a fait du teasing ces derniers jours pour révéler sur ses réseaux sociaux les autres invités du nouvel album. Il y aura notamment Alain Souchon, qui chantera avec ses fils, musiciens eux aussi.

Un titre avec Thomas Dutronc

"C'est un album qui s'ouvre sur le monde, pour le 4e opus il fallait se renouveler, ne plus parler seulement de l'école et de la famille", déroule Aldebert, père de trois enfants.

L'idée de départ, "voyager et rencontrer des instrumentistes du monde entier", a été bousculée par la pandémie et les confinements. L'île de la Réunion est la seule case hors métropole qu'Aldebert a pu cocher physiquement. Mais l'album garde par endroit des couleurs musiques du monde.

Outre le titre avec Calogero, d'autres sujets d'actualité sont abordés, comme par exemple l'addiction des parents aux écrans, dans un titre avec Thomas Dutronc. Aldebert repart en tournée cet automne, avec déjà une soixantaine de dates, en France métropolitaine, mais aussi plus loin, en Nouvelle-Calédonie ou encore au Vietnam.

M. R. avec AFP