BFMTV

Concerts annulés: Michel Polnareff attaque son producteur en diffamation

Michel Polnareff en concert à Epernay.

Michel Polnareff en concert à Epernay. - Bertrand Guay - AFP

Le chanteur et son producteur vont régler leur différend devant la justice après l'annulation de deux concerts en décembre dernier.

Michel Polnareff poursuit pour diffamation devant le tribunal correctionnel de Marseille son producteur Gilbert Coullier, qui avait laissé entendre sur Europe 1 que le chanteur avait mis en scène une maladie pour légitimer l'annulation de deux concerts, a-t-on appris lundi auprès de son avocat, Me Luc Febbraro

Le chanteur a choisi ces propos "emblématiques" et tenus en direct afin de pouvoir poursuivre le producteur sans avoir à attaquer le média qui les a diffusés, mais dénonce "une campagne de dénigrement orchestrée par le producteur Gilbert Coullier" avec des propos "dits, redits et réitérés pendant des semaines", a expliqué l'avocat. Il s'agit d'"une manipulation, d'un chantage qui ne dit pas son nom, pour des raisons financières", a-t-il estimé.

Michel Polnareff réclame 300.000 euros

Après avoir enchaîné près de 70 concerts, l'interprète du Bal des Laze, âgé de 72 ans, avait annulé début décembre deux dates à Paris et Nantes en se disant "totalement épuisé" après une sinusite ayant évolué en bronchite. Une embolie pulmonaire avait été diagnostiquée lors de son hospitalisation à l'hôpital américain, le 3 décembre. Son pronostic vital avait même été engagé pendant 48 heures, selon son médecin, le Dr Philippe Siou. L'artiste est sorti de l'hôpital le 16 décembre.

Selon Le Journal du Dimanche, les annonces alarmantes sur l'état de santé de Michel Polnareff pourraient avoir "servi à légitimer l'annulation de deux concerts", une version fermement contestée par l'entourage du chanteur et son médecin. Gilbert Coullier, le producteur des concerts de Michel Polnareff depuis 2007, avait notamment fait réaliser le 2 décembre un constat d'huissier décrivant le chanteur accoudé au bar de son palace à l'heure où il devait monter sur scène à Paris, salle Pleyel.

Le chanteur réclame "150.000 euros pour le préjudice moral et la même somme pour le préjudice sur l'image", a précisé Me Febbraro.

Fabien Morin avec AFP