BFMTV

Anggun: "J'espère qu'Amir pourra changer le cours des choses à l'Eurovision"

Anggun a sorti un album intitulé "Toujours un ailleurs"

Anggun a sorti un album intitulé "Toujours un ailleurs" - Darius Salimi

La chanteuse s'apprête à attaquer une tournée, avec son album Toujours un ailleurs. A la veille de la finale du concours de l'Eurovision, elle a accepté d'évoquer sa participation en 2012.

En pleine promotion de son clip Face au vent, issu de son album Toujours ailleurs, Anggun, la belle chanteuse d'origine indonésienne, n'oublie son expérience "eurovisionnesque" en 2012 en Azerbaïdjan. Elle y avait chanté Echo (You And I). Une participation qui s'était soldée par une douloureuse 22e place.

A la veille de la finale du concours Eurovision 2016, lors d'un entretien accordé à BFMTV.com, la chanteuse est revenue sur sa participation, en profitant pour donner son avis sur le candidat français de cette édition: "J'espère qu'Amir pourra changer le cours des choses, parce que la chanson est vraiment très bien".

Anggun à Paris, le 13 mai 2016.
Anggun à Paris, le 13 mai 2016. © Magali Rangin - BFMTV

"En France on regarde l'Eurovision avec un peu de dédain"

"Après Marie Myriam, tout le monde a été malheureux", rigole-t-elle. "J'avais adoré rencontrer les autres artistes", se souvient elle. "Je me suis rendu compte que dans les autres pays d'Europe, l'Eurovision c'est important. En France, on regarde ça un peu avec dédain. Alors que c'est une affaire très très sérieuse en Suède par exemple. Dans les pays scandinaves et en Angleterre, il y a énormément de fans de l'Eurovision. Sans parler des pays de l'est. La France est vraiment un pays littéraire, pas un pays musical". 

"Il y a des histoires de lobbying"

Si elle a apprécié côtoyer les chanteurs des autres pays en lice, avec qui elle a fait une tournée en Europe, les coulisses du concours lui laissent un souvenir un peu plus mitigé. "Je ne savais pas à quel point c'était une compétition non pas entre les artistes, mais entre les délégations. C'est à qui donne la meilleure soirée. Il y a des histoires de lobbying".

Anggun se souvient ainsi des "superbes soirées" organisées par les Ukrainiens ou par les Suédois. "Je ne veux pas dire que tout repose là-dessus. Mais il y a une grande différence dans la manière dont ces pays-là approchent l'Eurovision".

"Elles faisaient la cuisine sur un air de techno"

Anggun cite alors l'étonnante deuxième place accordée à des "mamies russes", l'année de sa participation. "Elles faisaient la cuisine sur un air de techno. On s'est dit: 'On ne parle pas vraiment de la même chose'. On m'avait beaucoup parlé des alliances. Je ne voulais pas le croire, mais le résultat était tellement parlant".

"On ne parle pas de la musique en fait. Alors que l'Eurovision, c'est l'Eurovision Song Contest, donc c'est la chanson qui est censée être jugée. Non pas le pays, encore moins l'interprète. C'est aussi teinté de beaucoup de politique".

Magali Rangin