BFMTV

Lomepal s'excuse après avoir traité une journaliste de "bouffonne"

Lomepal

Lomepal - Capture d'écran BFMTV

Le rappeur a fait son mea culpa sur Instagram après avoir étiqueté une journaliste de "bouffonne". La chroniqueuse avait, au cours d'une émission, comparé son album à celui d'un autre, Prince Waly.

Lomepal n'utilisera plus ce qu'il appelle le "b-word". Le rappeur a fait l'objet de vives critiques en ce début de semaine, après avoir qualifié une journaliste de "bouffonne" dans un post Instagram. L'artiste n'a pas apprécié que Lola Levent, l'une des chroniqueuses de l'émission NoFun, compare son album Jeannine à celui de Prince Waly, Boys. "Peut-être que l'élève a dépassé le maître", a-t-elle dit.

Agacé, Lomepal avait alors posté, en Story, une photo invitant ses fans à écouter ledit album de Prince Waly. "Outre cette bouffonne qui comprend plus grand chose, vous irez écouter Boys de mon gars", pouvait-on lire dimanche soir. 

-
- © -

"Mon premier et dernier dérapage sur les internets"

Une réaction qui lui a valu un torrent de reproches sur les réseaux sociaux, et d'être interpellé dans une série de tweets par l'animateur de NoFun Mehdi Maïzia. Il lui a notamment reproché de s'en être pris à Lola Levent sur un compte suivi par plus de 561.000 abonnés. "Ca fait 48 heures qu'elle reçoit des messages fleuris. Merci Antoine, quelle classe", a-t-il écrit. 

Lomepal, de son vrai nom Antoine Valentinelli, a fini par s'excuser mardi soir. Dans un message posté une nouvelle fois en Story, il a reconnu avoir "attaqué" la jeune femme, précisant qu'il ne visait pas "la journaliste" mais "la personne", qu'il connait "très bien". "Je l'ai trouvée assez tordue de vouloir créer une compétition entre moi et mon confrère, avec qui je partage une relation très saine jusqu'ici", ajoute-t-il, précisant au sujet de l'emploi du mot "bouffonne" qu'il n'aurait pas dû "prononcer le b-word ouvertement sur une page avec autant d'audience". 

"Je m'excuse pour ça, ceci était mon premier et dernier dérapage sur les internets", a-t-il précisé.

-
- © -
N.B.