BFMTV

La séropositivité de Charlie Sheen a dopé les recherches sur le sida sur Google

Charlie Sheen sur le plateau du Today Show en novembre 2015

Charlie Sheen sur le plateau du Today Show en novembre 2015 - Andrew Burton - Getty Images North America - AFP

En novembre 2015, l'acteur américain avait annoncé à la télévision être séropositif depuis quatre ans. Depuis cette révélation, le nombre de recherche sur le VIH a atteint des records sur Internet.

Le 17 novembre 2015, Charlie Sheen accordait un entretien à la chaîne NBC pour faire "une révélation très personnelle". Sur le plateau du Today Show, face au journaliste Matt Lauer, le comédien américain révélait au monde entier sa séropositivité. L'ex star de Spin City et Mon oncle Charlie confiait que sa maladie avoir été diagnostiquée par les médecins quatre ans plus tôt. 

Ce lundi 22 février, le Journal of the American Medical Association a publier une étude qui témoigne des conséquences inattendues de cette révélation du comédien. Selon Mark Dredze, chercheur à l'université John Hopkins, celle-ci "a été potentiellement l'action de prévention publique contre le sida la plus significative jamais faite aux Etats-Unis."

Charlie Sheen "honoré" et "touché"

Dans le cadre de cette étude, l'équipe de chercheurs a analysé la couverture médiatique de cette annonce et les recherches sur le mot VIH dans le moteur de recherche Google aux Etats-Unis après la révélation de Charlie Sheen. Les résultats parlent d'eux-mêmes, puisque que les recherches ont atteint un niveau record: 2,75 millions de recherches de plus que la tendance habituelle.

L'étude révèle que les recherches "acheter des préservatifs" ont augmenté de 540% tandis que celles sur le "dépistage du VIH" ont bondi de 214%. Par ailleurs, 6.500 articles sur le sujet ont été publiés simplement sur Google News.

Sur Twitter, le comédien américain a relayé les résultats de cette étude avec pour seuls commentaires: "Honoré, touché, inspiré, plein d'espoir..."

Lors de son très médiatisé passage sur NBC en novembre dernier, l'acteur américain avait reconnu avoir été contraint de payer des gens qui connaissaient la vérité sur son état de santé pour qu'ils gardent le silence. Il avait également affirmé qu'il était "impossible" qu'il ait pu transmettre le virus à une personne avec laquelle il avait une relation ces dernières années.