BFMTV

Kylie Jenner accusée de normaliser le viol et l'oppression après une fête sur le thème Handmaid's Tale

Kylie Jenner et Sofia Richie / Extrait de The Handmaid's Tale

Kylie Jenner et Sofia Richie / Extrait de The Handmaid's Tale - Capture d'écran Instagram / Hulu

Dans cette série dystopique, tiré d'un roman de Margaret Atwood, les femmes encore fertiles sont violées par des hommes de pouvoir et utilisées pour enfanter.

Kylie Jenner est réputée pour ses fêtes à thème démesurées. Après avoir recréé un parc d'attraction pour le premier anniversaire de sa fille en février dernier, la star américaine s'est inspirée de la série The Handmaid's Tale pour célébrer les 22 ans de sa meilleure amie Stassi Karanikolaou ce weekend.

Ce choix n'a pas manqué d'étonner - voire de choquer - les internautes, notamment parce que cette série, portée par l'actrice Elisabeth Moss, n'a franchement rien de festif. Tirée du roman éponyme de Margaret Atwood et sortie en 2017, The Handmaid's Tale raconte comment les Etats-Unis ont basculé vers un régime totalitaire, militaire et patriarcal, où les femmes ont perdu leurs droits. La plupart des femmes ont perdu leur fertilité. Celles qui sont encore fertiles sont utilisées en tant qu'esclaves sexuelles pour donner des enfants aux hommes issus des plus hautes castes, qui ont pris le pouvoir.

"Une série sur le viol et l'oppression" 

Pour l'occasion, la petite soeur de Kim Kardashian avait tout prévu: les fameuses robes rouges et chapeaux blancs portées par les "servantes écarlates", les drapeaux à l'image de la République de Gilead, des serveuses habillées en "Marthas" (les femmes de ménage), et mêmes des cocktails "Praise Be" à la vodka et "Under His Eye" à la tequila - deux locutions utilisées par les membres de Gilead, la secte qui a pris le contrôle à la suite d'un coup d'état.

Cette fête, relayée sur les réseaux sociaux de Kylie Jenner et de ses convives (dont Sofia Richie, fille de Lionel Richie), a été vivement critiquée. Sur Twitter, de nombreux internautes ont reproché à la jeune businesswoman de "glamouriser" une oeuvre qui parle de viol et d'oppression des femmes, à l'heure où plusieurs états des Etats-Unis ont adopté une loi anti-avortement des plus restrictives. 

Nawal Bonnefoy