BFMTV

Gillian Anderson parle pour la première fois des troubles de sa santé mentale

Gillian Anderson à Berlin en février 2017

Gillian Anderson à Berlin en février 2017 - Tobias Schwarz - AFP

Dépression, dyslexie, troubles de mémoires... L'actrice américaine, qui vient de sortir un livre, a révélé suivre une thérapie depuis ses 14 ans.

Gillian Anderson passe aux confessions. L'actrice assure la promo de son livre, We: A Manifesto For Women Everywhere, un manuel de conseils spirituels pour améliorer sa vie. Si la démarche peut paraître étonnante au premier abord, la comédienne explique qu'elle s'est inspirée de ses propres problèmes pour puiser l'inspiration et trouver des solutions aux soucis que l'on peut parfois rencontrer.

"J'ai moi-même souffert de manque de confiance en moi. Et en repensant aux moyens employés pour surmonter certaines épreuves, je me suis dit que cela pouvait peut-être être utiles pour certaines personnes de tout âge", a-t-elle confié au Guardian.

"Il y a eu des moments où c'était vraiment dur"

Gillian Anderson a révélé souffrir de plusieurs troubles au niveau de sa santé mentale à cause desquels elle suit une thérapie depuis ses 14 ans, notamment de dépression chronique. "Il y a eu des moments où c'était vraiment dur. Il y a eu des moments dans ma vie où je ne voulais pas quitter ma maison", a-t-elle expliqué avant d'ajouter qu'elle était aussi victime de troubles de la mémoire.

"Je n'ai aucune mémoire", a-t-elle assuré au journal. "Même mes livres préférés, je ne pourrais pas vous dire de quoi ils parlent. Cela a toujours été comme ça".

Étonnamment, la star de X-Files n'a jamais eu de mal à retenir ses lignes de texte, même si elle avoue que cela toujours été "terrifiant" pour elle que cet handicap se manifeste également pendant son travail. Gillian Anderson doit bientôt passer des tests afin de vérifier si elle n'est pas dyslexique. 

"Quelqu’un m’a dit que la dyslexie, ce n’est pas seule­ment une ques­tion de voir les mots dans le mauvais ordre, c'est aussi une manière d'assimilier une information. J’ai toujours eu peur de me pencher sur la question, parce que j’ai peur de décou­vrir quelque chose, et d'avoir soudainement l'impression de ne plus pouvoir faire tout ce que je veux faire", a-t-elle déclaré. 

N.B.